​Le Havre Smart Port City, lauréat des territoires innovants

Sélectionné parmi les 24 projets lauréats de l’appel à projets "Territoires d‘innovation", Le Havre Smart Port City vise à renforcer la compétitivité et l’attractivité de la place havraise. À la clé, un programme d’investissements de 241 millions d’euros autour d’une vingtaine de projets d’équipements.

L’annonce est tombée le 13 septembre : parmi les 24 projets lauréats de l’appel à projets Territoires d’innovation du troisième volet du Programme d'investissement d’avenir (PIA), l’État a retenu celui du territoire havrais. Le Havre Smart Port City, porté par 83 partenaires, publics et privés, comprend 21 actions inscrites dans un programme d’investissements de 241 millions d’euros. Le coup de pouce de l’État sera à hauteur de près de 30 millions d’euros en subvention (5,4 millions d’euros) et fonds d’investissements (24,4 millions d’euros), auxquels s’ajoute l’enveloppe de la région Normandie, soit 2,5 millions d’euros.

Fluidifier tous les mouvements

"Nous sommes dans une phase de transformation, explique Baptiste Maurand, directeur général du port du Havre. Les flux de marchandises, d’énergie et d’informations nous poussent à être aujourd’hui des pourvoyeurs de services et non plus seulement des pourvoyeurs d’infrastructures". Le GPMH a été partie prenante du projet Le Havre Smart Port City, porté depuis deux ans par la communauté urbaine Le Havre-Seine métropole, avec l’Union maritime et portuaire du Havre (Umep), l'association Synerzip-LH, l’université et leurs partenaires économiques et scientifiques. Construire une ville intelligente et le port du futur passe donc par différentes actions qui concernent notamment le renforcement de l’écosystème numérique, le développement de la cybersécurité, l'écologie circulaire, la mobilité…

"Nous sommes pourvoyeurs de services, plus seulement d’infrastructures"

C’est ainsi qu’Orange, le port du Havre, Soget et la société Cisco travaillent sur la plateforme "Smart Data Services". Il s’agira de collecter et d’échanger des données pour assurer un panel de services dans les domaines tels que l’analyse de données, le conseil, la production d’indicateurs de performances (KPI), la création d’applications ou la formation pour la montée en compétence des entreprises.
Parmi les services proposés sur la plateforme, celui du projet Mobi Smart Port : ce système de gestion et d'information de trafic prédictif intègre notamment les mouvements des ponts mobiles et vise à fluidifier le déplacement des marchandises transitant par la zone portuaire comme la celle des salariés, des habitants, des touristes... Autre application, celle du projet Smart Port Big Data, développé par Sinay. La PME caenaise spécialiste de la donnée numérique et du maritime travaille sur le monitoring environnemental en temps réel dans les ports et l’optimisation des activités portuaires.

Un centre de cybersécurité

Autre projet en voie de développement dans le cadre de "Territoires d‘innovation", la plateforme de cybersécurité : une société devrait être créée pour déployer un centre de cybersécurité maritime et portuaire mutualisé (SOC). Il y a aussi, avec l’École nationale supérieure maritime (ENSM), le projet d’implantation d’un simulateur de passerelle de navire connectée, dédiée à la recherche en cybersécurité (Marins Research). Il offrirait un environnement de test immersif pour des formations aux "cyber-crisis" et pour la recherche de solutions numériques.
On peut citer encore le 5G Lab, porté par Siemens, Nokia et EDF, qui vont expérimenter la 5G pour piloter un système énergétique à l’échelle locale incluant les énergies renouvelables, les véhicules électriques aussi bien que les performances des portiques portuaires, plus intelligents et sécurisés. Une plateforme d'essais pourrait développer et tester des usages nouveaux des drones, et le Port Center devrait recevoir un coup de pouce pour renforcer ses actions... Autant de projets lancés pour la plupart à partir de 2020, et qui vont s’étaler sur les années à venir.