AP Møller-Maersk retrouve la voie des bénéfices

Le groupe maritime danois AP Møller-Maersk a affiché une bonne santé financière au premier trimestre 2020. Malgré une baisse des volumes transportés due au poids du coronavirus, il a pu retrouver des bénéfices alors que les trois premiers mois de 2019 s'étaient soldés sur des pertes.

À Copenhague, malgré le lourd contexte de Covid-19, l'analyse des chiffres du premier trimestre 2020 pour AP Møller-Maersk s'est avérée satisfaisante. Après s'être adapté à la nouvelle demande mondiale conséquence de la crise sanitaire, le groupe danois a plutôt bien tiré son épingle du jeu.
Pour preuve, son bénéfice net s'est élevé à 209 millions de dollars, contre une perte de 659 M USD l'an dernier, à la même période. Quant à l'Ebitda du groupe, il a bondi de 23 %, pour atteindre 1,52 md USD. Le chiffre d'affaires, lui, est en revanche resté stable par rapport aux trois premiers mois de 2019, puisqu'il s'est élevé à 9,6 md USD.
Pour Søren Skou, le directeur général d'AP Møller-Maersk, il a relevé, au cours du premier trimestre, "une contraction du marché global".
Selon le groupe, "la crise sanitaire s'est traduite dans le monde par un confinement, d'abord en Asie, puis en Europe et en Amérique du Nord, qui ont entraîné une baisse significative de la demande dont ont été victimes toutes les filiales du groupe".

90 navires mis à l'arrêt

La filiale Ocean de la société danoise a vu son Ebitda grimper de 25 % pour atteindre 1,2 md USD. Cette amélioration est due, selon elle, à une hausse des taux de fret qui est venue, pendant la période, compenser l'augmentation du prix du fuel avec l'entrée en vigueur en janvier de la nouvelle règlementation OMI 2020.
Pour cette filiale, il y a une baisse sensible de la demande, explique AP Møller-Maersk, notamment sur l'axe est-ouest, mais aussi à l'échelle mondiale.
Selon le groupe, au total, plus de 90 navires ont été mis à l'arrêt au premier trimestre, conduisant à une baisse de 3,5 % de la capacité déployée. Pour le second trimestre, près de 140 voyages devraient être annulés.
Du côté Logistique et Services, le groupe a vu l'Ebitda s'établir à 68 M USD, après avoir bondi en un an de 42 %. Quant au bénéfice, il a augmenté de 9 %, à 306 M USD. Une hausse que la holding attribue aux profits dégagés dans le transport intermodal et dans l'entreposage lié à la grande distribution, venus en partie compenser la baisse des revenus et des marges dans la supply chain et la commission de transport maritime

"Les volumes devraient baisser de 20 à 25 % au second trimestre"
Sur les terminaux portuaires mondiaux, l'Ebitda s'est montré cette année en stabilité avec celui du premier trimestre 2019. Le volume a reculé de 1,6 % dans ce secteur et le revenu a baissé de 11,6 %.
Pour le second trimestre de l'année, Søren Skou estime que la pandémie risque d'être nuisible en matière de visibilité. Il prévoit celle-ci sera mauvaise et que "la demande globale continuera à être affectée" par le virus. "Les volumes devraient ainsi baisser de 20 à 25 % sur la période", ajoute-t-il.