Après la crise, Promofluvia relance son activité

16/07/2021 Pierre Lemerle

Touchée par la crise sanitaire, l'association de lobbying basée à Lyon reste confiante. En baisse en 2020, ses activités de formation repartent à la hausse en 2021.

Le bateau tangue, mais reste à flot. Le 1er juillet, Promofluvia tenait son assemblée générale au port Édouard-Herriot, à Lyon. Touchée par la crise sanitaire, l’association a connu une baisse générale de ses recettes en 2020. Aucune formation n’a été délivrée sur le simulateur de conduite malgré l’intérêt que lui reconnaissent les acteurs du transport fluvial. Les adhérents ont cependant été mobilisés sur le dépannage de l'outil qui a fait l'objet de tests et servi à des séances de présentation. L'association se demande comment pérenniser un outil dont le coût de fonctionnement atteint 50.000 euros par an.

Concernant la formation à l’attestation spéciale passager (ASP), les formateurs n’ont reçu que 39 stagiaires au cours de cinq sessions, contre 117 en 2019. La conséquence est une perte de 10.000 euros à la fin de l’exercice 2020, comblée grâce aux réserves de la structure. "La situation de l’association est saine, a tenu à rassurer le président Gilles Durel. Néanmoins, il ne faudrait pas que cette conjoncture se prolonge".

L’association n’est cependant pas restée inactive. Sa vice-présidente, Anne Bertrand-Estingoy, a participé à deux réunions avec le ministère des Transports. Un bon point, même si la voix du fluvial reste difficile à faire entendre, selon elle. Elle a aussi été nommée au conseil d’administration d’Entreprises fluviales de France (E2F), participant ainsi au rapprochement d’E2F et d’Agir pour le fluvial (APLF). Cette association a permis le lancement d’une étude consacrée au potentiel de trafic des liaisons inter-bassins. À l’échelle locale, elle a pu rencontrer Pierre Athanaze et Jean-Charles Kohlhaas (EELV), élus de la Métropole de Lyon.

2021 : une année de relance

L'année a débuté avec la publication d'un livre du président d'honneur de Promofluvia, Jean-François Gros. "Histoire au fil de l’eau de 1982 à 2020" retrace les événements qui ont marqué les presque quarante ans d'existence de l'association. Celle-ci prévoit d'organiser en fin d’année une exposition sur l'évolution du transport fluvial à travers l'histoire, qui fera une place aux dernières innovations, notamment le développement de l'hydrogène.
Sur un plan plus pragmatique, l'association se félicite d'une reprise des demandes en formation ASP depuis janvier. Elle espère ainsi multiplier par trois le nombre de formations pour la fin de l’année, ce qui lui permettrait de retrouver un équilibre financier.