Après un été chagrin, l'hiver sera rude pour le secteur aérien

16/10/2020 Sonia Wolf

La reprise espérée du trafic aérien à l'automne a fait long feu. Avant l'hiver qui s'annonce rude, les compagnies aériennes appellent à l'aide, réduisent leurs coûts, licencient, ou tentent le système D pour survivre à la Covid-19. "On est dans une course contre le temps. La variable c'est le cash, les entreprises meurent par le cash (...) il faut aller vite, très vite", insiste Stéphane Albernhe, managing partner au cabinet Archery Strategy Consulting, alors que la saison d'hiver qui débute le 25 octobre et s'achève fin mars pour le transport aérien, sera très mauvaise selon toute probabilité.
Avec une baisse des recettes au premier semestre de près de 80 % par rapport à l'année dernière, selon l'Association internationale du transport aérien (Iata), les caisses des compagnies ont continué à se vider pour financer des coûts fixes élevés. Après une légère embellie en juillet, le trafic a de nouveau ralenti en septembre et le volume des réservations pour le dernier trimestre annonce une fin d'année plus que morose avec un recul de 78 % par rapport à l'an dernier.

Superposition de mesures sanitaires

Le retour espéré des voyageurs à forte valeur ajoutée de la classe affaires n'a pas eu lieu à la rentrée. Les réunions par vidéo, expérimentées à grande échelle pendant le confinement, restent un moyen sûr de travailler sans s'exposer au risque. Et même si constructeurs et transporteurs clament en chœur que la superposition de mesures de sécurité sanitaire pour les passagers (distanciation, masques, dématérialisation des procédures, désinfections...) conjuguée à des systèmes de pointe pour la ventilation et la filtration de l'air des cabines, mettent les passagers à l'abri d'une contamination, rien n'y fait. "Le risque de contracter la Covid-19 au cours d'un voyage (en avion) est vraiment très, très faible !", assure le docteur David Powell, consultant médical pour l'Iata.

Des expérimentations en cours

Pour le secteur, "la clé" d'un retour des passagers en toute confiance réside dans le déploiement à grande échelle de tests avant embarquement, comme alternative à une quarantaine à l'arrivée. Des expériences sont déjà en cours à Milan, Rome, Francfort, Bruxelles et Londres, mais aussi dans les pays du Golfe, entre Hawaï et les États-Unis continentaux, au Canada, en Asie, à Bogota, ou encore à l'aéroport de Guarulhos-São Paulo au Brésil. Hong Kong et Singapour ont annoncé le 15 octobre un accord de principe pour former ensemble une "bulle" qui permettrait à leurs résidents de voyager librement, sans quarantaine, entre les deux villes, à condition de présenter un test négatif au coronavirus.