Arles : la dynamique du blé bourguignon

Le port d'Arles a tiré profit ces derniers mois du bon niveau des exportations françaises de blé. En avril, le navire fluvio-maritime "Stapelmoor" représentait la neuvième escale du même type depuis le début de l'année avec ce type de céréales.

Le "Stapelmoor", un conventionnel de l'opérateur allemand West Trade Logistic, est venu au port d'Arles embarquer fin avril un lot de 2.700 tonnes de blé en provenance de Bourgogne, arrivé sur le Rhône à bord de l'automoteur "Cartoon".
Une fois l'opération de transbordement terminée, le navire est parti en direction du sud l'Italie avec la céréale bourguignonne à bord.
Si la dernière campagne céréalière arrive à son terme, Julie Escalier, la vice-présidente de la CCI du pays d'Arles déléguée au port, se dit plutôt satisfaite des premiers mois de l'année dans la filière du blé. "Nous avons accueilli neuf navires de blé au port d'Arles depuis le début de l'année pour un total de 23.000 tonnes", détaille Benoît Ponchon, le directeur du port arlésien.
En marge du mode fluvio-maritime, le port camarguais continue de jouer à plein son rôle de port fluvial. Des péniches continuent d'arriver régulièrement de Belgique avec des lots d'engrais et repartent avec des cargaisons de riz à destination de Valenciennes.
Pour Julie Escalier, Arles a également vu transiter cette année sur ses installation un colis de 54 tonnes et 6 mètres de diamètre sortant des ateliers de la CMP, une chaudronnerie locale cliente du port. Le lot avait été embarqué sur l'automoteur "Odin" à destination de Feyzin (Rhône).  
Les performances déjà réalisées en 2019 par le port arlésien avaient incité la CCI d'Arles à investir dans une grue d'une capacité de levage de 70 tonnes acquise auprès du port de Valence (Drôme) qui est opérationnelle depuis mi-mars.  L'outillage lui permet de pouvoir accepter des opérations bien plus importantes que celles qu'il avait réalisées jusqu'ici.

Lancement d'une procédure d'achat

Julie Escalier annonce avoir lancé pour le port une procédure d'achat pour l’acquisition d’un système de gerbage de produits en vrac et d’une benne preneuse qui équipera la grue pour des trafics à faible densité, telles que les céréales et les engrais.
Pourtant, les derniers mois ne se sont pas toujours déroulés comme l'auraient espéré les dirigeants arlésiens puisque l'accident de l'écluse de Sablons (Rhône) a bloqué la circulation sur le Rhône pendant quelques semaines en mars. Ils disent ressentir aujourd'hui le contrecoup du Covid-19 tout en espérant voir à terme l'arrivée de certains volumes permis par les investissements