Bénéfice net en chute de libre pour Volvo, reprise en vue

16/10/2020 AFP

Un deuxième trimestre atone sur l'ensemble des marchés a pesé sur les résultats de Volvo Group au trimestre suivant. Mais la reprise semble se profiler pour le constructeur suédois de poids lourds.

Le constructeur suédois de poids lourds Volvo Group a vu son bénéfice net reculer de 23 % sur un an au troisième trimestre, à 5.723 milliards de couronnes (550 millions d'euros). Cette baisse est la conséquence d'un allègement drastique du carnet de commandes au trimestre précédent.
En cause, l'épidémie de nouveau coronavirus même si, "vers la fin du trimestre, l'activité de transports était à peu près au même niveau qu'il y a un an dans la plupart des marchés", a relevé Martin Lundstedt, le directeur général du groupe, dans le rapport présenté avec quatre jours d'avance sur le calendrier annoncé.

Reprise de la demande

Volvo a constaté une reprise du transport de marchandises et de l'utilisation de camions au troisième trimestre, ce qui a permis à de nombreux opérateurs de "renouer avec leurs programmes de renouvellement de flotte initiaux"
Ainsi, la demande européenne "s'est améliorée progressivement" après les périodes de confinement, le marché américain a profité d'un rebond des volumes ainsi que des tarifs de transport. Les conditions se sont améliorées au Brésil, sous l'impulsion du secteur agricole "après les bonnes récoltes", tandis que le marché indien du poids lourd a continué de souffrir des restrictions imposées dans le cadre de la lutte contre la pandémie.
Le marché chinois est resté "fort", grâce aux subventions soutenant le remplacement de camions ne respectant pas les nouvelles normes d'émission CN3 et aux "initiatives gouvernementales pour soutenir l'économie".

Retour des commandes

Volvo a renforcé sa présence en Chine, avec une hausse de 47 % des commandes au cours du trimestre. De juillet à septembre, le chiffre d'affaires a également perdu 20 % sur un an, à 76,9 milliards de couronnes, plombé par une chute de 26 % des ventes de camions.
Après l'assouplissement des restrictions mises en place pour freiner la propagation de la Covid-19, l'activité fret est repartie à la hausse avec un retour des clients tandis que les cars continuent de souffrir avec un faible nombre de passagers transportés.  "Un certain effet de rattrapage par rapport au faible carnet de commandes du trimestre précédent a eu un impact sur les commandes de camions, lesquelles ont augmenté de 61 % par rapport à un troisième trimestre mitigé l'année dernière", s'est félicité Martin Lundstedt. Le secteur du transport public se porte mieux, a également commenté le directeur général.