Boeing dévoile les modifications sur le 737 Max
Boeing a lancé le 27 mars une vaste offensive pour regagner la confiance du grand public et obtenir des régulateurs l'autorisation de faire voler à nouveau les 737 Max cloués au sol depuis mi-mars.
L'avionneur a présenté dans son fief de Renton, devant des centaines de journalistes, pilotes et dirigeants de compagnies aériennes, les modifications tant attendues sur le système de vol de son 737 Max, mis en cause dans deux catastrophes aériennes qui ont fait 346 morts à quelques mois d'intervalle. Il a jugé que ces changements allaient rendre le système "plus solide", tout en rejetant l'idée que ces modifications suggèrent que la conception de départ était inadaptée.
Dan Elwell, responsable par intérim de l'agence chargée de donner son feu vert à tout ce qui vole aux États-Unis, a tenté pour sa part de convaincre les sénateurs qui l'auditionnaient que la FAA avait fait son travail. Il a aussi rejeté l'idée que son agence avait tardé à immobiliser les Max après la tragédie d'Ethiopian Airlines, même si elle l'a fait seulement trois jours plus tard.

Redonner le contrôle aux pilotes

L'intervention du MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System) sera plus transparente pour l'équipage et les pilotes pourront plus facilement le contourner en cas de problème, a expliqué en substance Boeing.
Selon le constructeur, la nouvelle version du logiciel a été soumise "à des centaines d'heures d'analyses, de tests en laboratoire, de vérifications dans un simulateur de vol et à deux vols d'essais, y compris un vol de certification avec des représentants de la FAA à bord comme observateurs".
Le but est de "réduire la charge de travail de l'équipage dans des situations anormales et d'empêcher le MCAS de s'activer à cause de fausses données", a précisé Boeing. La FAA et d'autres autorités de régulation doivent encore certifier ces modifications, a-t-il indiqué. Boeing a aussi prévu de mieux former les pilotes aux subtilités du MCAS et du 737 Max, dont les modifications sur les moteurs ont sensiblement changé le comportement.