Bon premier semestre 2019 pour Hapag-Lloyd

Pour le transporteur maritime allemand Hapag-Lloyd, le premier semestre s'est achevé sur une forte amélioration des résultats grâce à une hausse du nombre d'EVP transportés et à une amélioration des taux de fret. Il a pourtant continué de souffrir de la hausse du prix du baril.

Au cours des six premiers mois de 2019, Hapag-Lloyd a connu une forte hausse de son Ebit (bénéfice avant intérêts et impôts), qui est passé de 91 millions d'euros par rapport au premier semestre de 2018 à 389 M EUR.
Le résultat net de l'armateur a atteint le montant de 146 M EUR alors qu'il avait affiché des pertes de 101 M EUR au cours de la même période de 2018.
Quant à l'Ebidta, il a plus que doublé. Une forte hausse (529 M EUR) qu'il doit, selon le groupe, aux "nouvelles normes de reporting IFRS 16".
Son chiffre d'affaires est passé en un an de 5,4 à 6,2 M USD. Une progression que le transporteur germanique attribue à une augmentation globale de 2 % du nombre d'EVP transportés. Une croissance due, selon son analyse, à la hausse de 5 % des échanges avec l'Extrême-Orient et de 7 % avec le transatlantique.
En revanche, le trafic sur le Moyen-Orient a reculé de 8 % pour Hapag-Lloyd tandis que ses volumes sur marché transpacifique ont crû de 1 % et ceux sur l'Amérique latine de 3 %.

"Hausse de 5 % du nombre d'EVP transporté sur les marchés de base"

"En raison de ces hausses de volumes sur nos marchés de base, à un bon contrôle des coûts d'exploitation et à des taux de fret légèrement supérieurs à ceux de l'an dernier, nous pouvons nous attendre à un bon premier semestre", a déclaré Rolf Habben Jansen, le directeur général de la compagnie.
En matière de revenu par EVP transporté, Dynaliners a constaté une évolution moyenne des taux de fret de 5 % sur un an. Sur l'Extrême-Orient, le prix moyen pour un EVP a augmenté de 5 % et de 7 % sur le transatlantique.
Sur les autres trades mondiaux, l'évolution est plus modeste. Tel est le cas du transpacifique (+ 1 %), de l'Amérique latine (+ 5 %) et de l'intra-Asie (+ 5 %). Tout comme en termes de volumes transportés, le Moyen-Orient s'est montré également le plus mauvais élève de la classe mondiale avec un recul de 3 % des taux de fret.

La stratégie 2023 maintenue au second semestre

Le dirigeant de l'opérateur allemand a estimé qu'"après un solide premier semestre 2019, les perspectives restent inchangées". Il a indiqué : "Au cours du second semestre, nous poursuivrons la mise en œuvre de notre stratégie 2023 afin de devenir le numéro un en termes de qualité".
Hapag-Lloyd figure aujourd'hui, selon Alphaliner, au 5e rang mondial du Top 100 des premiers opérateurs globaux du transport conteneurisé. Il opère aujourd'hui 233 porte-conteneurs, dont 112 en propriété. Avec une capacité déployée de 1,68 M EVP, il pèse 7,2 % du marché mondial.