Brexit : le port de Roscoff est "prêt"
Le port de Roscoff est "prêt" à affronter le Brexit, selon Brittany Ferries et les services des douanes. Le 1er octobre a eu lieu un exercice visant à tester le dispositif devant assurer la fluidité dans le contrôle des marchandises.
"La fluidité sur le port de Roscoff sera assurée (...) tous les outils sont prêts", a affirmé le président de la compagnie bretonne et d'Armateurs de France Jean-Marc Roué, au terme de l'exercice. "Le système fonctionne parfaitement, il est prêt", s'est également félicité le directeur interrégional des douanes pour la Bretagne et les Pays de la Loire, Christian Boucard.
Le nouveau dispositif prévoit la mise en place d'une "frontière intelligente" reliant notamment les plaques d'immatriculation des camions aux documents d'expédition remplis en ligne par les exportateurs. "On profite du temps de la traversée pour réaliser les ciblages en amont et pouvoir directement orienter les flux à l'arrivée, soit en file verte pour tous ceux qui n'ont pas de contrôle à effectuer, soit en file orange lorsqu'il y a des contrôles à effectuer", a expliqué Christian Boucard.
"Le but c'est de faire en sorte qu'après le 31 octobre il n'y ait pas de blocage des poids lourds", a-t-il précisé, rappelant que près de 700 douaniers supplémentaires avaient été recrutés au niveau national dans la perspective d'un Brexit sans accord, qui marquerait la fin du libre-échange entre le Royaume-Uni et ses voisins européens et le retour des contrôles aux frontières.
À Roscoff, ce sont six agents supplémentaires qui ont été recrutés pour porter l'effectif total à une quarantaine de douaniers. Mardi matin, ils étaient 14, dont une équipe cynophile, à réaliser les contrôles au débarquement des poids lourds provenant de Plymouth, dans le Sud de l'Angleterre, dans le cadre de l'exercice mis en place.
Quelque 5.000 poids lourds transitent chaque année par la gare maritime de Roscoff. "Si on est capable de maintenir la fluidité et l'attractivité du port, il n'y a pas de raison qu'on ait moins de clients", a souligné Jean-Marc Roué.