CMA CGM entre au capital de Brittany Ferries

15/09/2021 FA avec AFP

Le groupe CMA CGM va apporter 25 millions d'euros d'argent frais à Brittany Ferries, mise en difficulté par la crise du coronavirus. Les deux armateurs français évoquent également un "partenariat commercial" pour les échanges avec la Grande-Bretagne. Le rapprochement ne serait que provisoire.

CMA CGM et Brittany ferries ont profité de la tenue des Assises de l’économie de la mer à Nice pour annoncer l'entrée de la première au capital de la seconde. "CMA CGM, la première entreprise de shipping française, nous apporte son soutien", a résumé Jean-Marc Roué, président de Brittany Ferries. "Il est clair que par cet engagement, CMA CGM valide notre plan de redressement et notre plan d'affaires sur cinq ans", ce qui pourra faciliter des discussions "avec d'autres investisseurs potentiels", a ajouté le patron de la compagnie transmanche.

Concrètement, le numéro trois mondial de la ligne régulière souscrira pour 10 millions d'euros d'obligations convertibles de Brittany Ferries et va prêter 15 millions à la compagnie bretonne, remboursables après cinq à huit ans, a précisé Jean-Marc Roué.

L'armateur marseillais enverra un représentant au conseil de surveillance de Brittany Ferries, "mais il n'y a pas d'ambition pour la maison CMA CGM d'être ad vitam aeternam dans (le capital d')une entreprise de tourisme", a relevé l'ex-président d'Armateurs de France responsable. La compagnie doit d'abord rembourser un prêt garanti par l'État de 117 millions d'euros, a-t-il rappelé.

Échanges d'espaces et filière GNL

L'accord prévoit également un "partenariat commercial" qui favorisera l'utilisation des espaces de fret disponibles à bord des navires de Brittany Ferries desservant le Royaume-Uni, l'Irlande et la péninsule ibérique.

CMA CGM entend ainsi "renforcer son offre de transport sur le secteur ro-ro sur la façade Atlantique et Nord de la France vers la Grande Bretagne" et annonce de nouvelles offres à venir sur ce segment. Selon l'armateur marseillais, le partenariat "permettra également à Brittany Ferries de développer son expertise dans le domaine du fret et de la logistique". La direction de CMA CGM estime qu'il "aidera la société à s'adapter plus facilement aux tendances post-Covid-19" dans le fret, notamment dans le domaine des remorques sans chauffeur, "et à proposer une nouvelle offre de transport afin de mieux répondre aux besoins de ses clients".

Les deux armements ont annoncé leur intention de "mutualiser des moyens autour du GNL sur les thèmes de la formation des équipages français et des procédures de sécurité", afin de développer d’une filière d’excellence française dédiée au gaz". L'un et l'autre sont engagés dans une démarche de "verdissement" de leur flotte Brittany Ferries vient de commander deux navires hybrides électriques/gaz naturel, en plus des unités au GNL "Salamanca" et "Santoña" attendus à partir de l'an prochain.

Trajectoires opposées

Longtemps dans le rouge, CMA CGM, profite à plein d'une période faste pour la ligne maritime régulière créée par la crise du Covid-19, avec un bénéfice net frôlant les 3,5 milliards de dollars au deuxième trimestre 2021.

Touchée par le Brexit et par les restrictions de déplacement pour les voyageurs, Brittany Ferries s'est enfoncée dans le rouge, avec un chiffre d'affaires divisé par 2,3 l'an dernier et une année 2021 "aussi mauvaise, voire pire que 2020", selon Jean-Marc Roué.

Après avoir transporté 750.000 passagers l'an dernier, la compagnie devrait en accueillir 530.000 cette année, contre 2,5 millions en 2019, a-t-il noté. Il espère cependant "un redressement" l'an prochain, le chiffre des réservations pour 2022 étant selon lui déjà "bien orienté".

Brittany Ferries opère des navires entre Roscoff, Saint-Malo, Cherbourg, Caen-Ouistreham et Le Havre d'une part, le sud de l'Angleterre et l'Irlande d'autre part, mais aussi entre l'Irlande, l'Angleterre et l'Espagne.