CNR fait une entrée remarquée au capital d’une start-up

En association avec la start-up BeeBryte, dont elle est devenue actionnaire, la Compagnie nationale du Rhône (CNR) propose de réduire sensiblement la facture énergétique de ses clients.

CNR a sauté le pas. Pour la première fois, la Compagnie nationale du Rhône entre au capital d’une start-up. Son choix s’est porté sur la société lyonnaise BeeBryte spécialiste de "l’intelligence énergétique". CNR a participé à hauteur de 1,5 million à une levée de fonds d’un montant total de 2,5 millions bouclée par la start-up avec le soutien de Bpifrance également.
BeeBryte utilise l’intelligence artificielle pour réduire la facture énergétique de bâtiments tertiaires et logistiques, d’équipements industriels, en "pilotant la part flexible de leur consommation électrique" via des objets connectés. La start-up a déposé un premier brevet début 2016. Depuis 2017, elle commercialise son logiciel de service auprès de la chaîne de magasin de produits surgelés Picard, de la ville de Paris, de DHL ou de la SNCF, par exemple. Elle collabore aussi avec un campus universitaire à Singapour. Sa solution peut permettre de diminuer jusqu’à 40 % les coûts énergétiques.

10 à 40 % d’économies

La solution développée par la start-up lyonnaise, dénommée Hive Supply, consiste à moduler ou à décaler dans le temps l’utilisation de certains équipements électriques d’un bâtiment sans rogner sur le confort. Le fonctionnement des systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation (CVC) ou des bornes de recharge électrique s’adapte en tenant compte et en anticipant les changements météorologiques, les fluctuations des prix de l’énergie, les évolutions des besoins des clients. Cette solution est mise en œuvre en "interaction étroite" avec la salle des marchés de CNR à Lyon.
L’offre conjointe proposée par CNR et BeeBryte combine contrat d’électricité et gestion intelligente de la consommation. Elle "contribue au verdissement de notre économie", affirme Élisabeth Ayrault, présidente directrice générale de CNR, qui précise que l’engagement dans BeeBryte est "une façon de plus de nous associer à la révolution actuelle que connaît le monde de l’énergie". De son côté, la start-up se rémunère sur les économies constatées, de 10 à 40 % selon l’activité des clients.