Calais : un "nouveau port" pour s'adapter à l'évolution du trafic

10/09/2021 Clotilde Martin

Le port de Calais vient d'inaugurer son extension. Trois nouveaux postes à quai ferries sur lesquels il mise pour accompagner la croissance de trafic et maintenir sa compétitivité.

Lors de l'inauguration du nouveau port de Calais, on aura pu découvrir une digue de 3,2 km, un bassin d’environ de 170 ha, baptisé "Charles de Gaulle", et trois nouveaux postes ferries. Les travaux ont également permis d'ajouter des terre-pleins d'une superficie de 65 ha, dont 45 ha gagnés sur la mer, ainsi que les bâtiments destinés à l’exploitation et à l’accueil des clients et des touristes.

Lancé en 2015, le chantier de l’extension du port de Calais a duré six ans. Mais le projet "Calais Port 2015" avait été imaginé en 2002 pour maintenir la compétitivité et les capacités du port pour les décennies à venir, accueillir les ferries de plus de 220 mètres qui nécessitent de quais d’accostage plus longs et dont les manœuvres requièrent des bassins plus larges.

"Un projet raisonnablement ambitieux"

Parmi les innovations, les passerelles roulières et flottantes des nouveaux postes permettent un chargement et déchargement des véhicules de tourisme et des poids lourds sur quatre voies simultanément au lieu de deux. Elles possèdent un système automatisé qui s’adapte aux différentes hauteurs de ponts de navires et aux mouvements liés aux opérations de chargement/déchargement de véhicules ainsi qu’aux marées. Le nouveau port comporte en outre un dispositif de largage d’amarres automatique.

Un investissement public-privé

Jean-Marc Puissesseau, PDG de la société d’exploitation des ports du détroit, a expliqué : "C’est un projet raisonnablement ambitieux et non pas trop ambitieux. Je n’ai pas de doute sur la rentabilité du nouveau port car je l’ai voulu évolutif. Il compte trois nouveaux postes à quai aujourd’hui, cinq ou six pourront être rajoutés au cours du temps. Sur l’ancien port, trois postes à quai vont toutefois continuer à être utilisés".

Pour le dirigeant portuaire, l’un des axes de progression du port de Calais se trouve du côté du fret non accompagné pour lequel DFDS a lancé en juillet 2021 la ligne Calais-Sherness. Irish Ferries, présente depuis fin juin 2021 à Calais, est aussi sur ce segment. La réalisation d’un terminal d’autoroute ferroviaire en 2015 s’inscrit dans cette perspective avec l’opérateur VIIA et ses lignes depuis Calais vers Le Boulou, Orbassano et Mâcon.

L’investissement pour cette extension a représenté un investissement de 863 millions d’euros. Il repose sur un montage public-privé : 89 millions d'euros en fonds propres et quasi fonds propres et 504 millions d'euros par émission obligataire d'une maturité de quarante ans et 270 millions d'euros en fonds publics.
Une somme intégralement préfinancée par la région Hauts-de-France et 98,6 millions de l’Union européenne, souscrite par des fonds gérés par Allianz GI et en fonds publics pour 270 millions d’euros

Mise en service en octobre

La reprise du trafic passagers, frappée par la crise sanitaire en 2020, constitue un autre enjeu pour ce port et les compagnies maritimes. L’extension compte un bâtiment dédié aux voyageurs sans oublier le retour du duty-free. L’intégration du port dans la ville et son ouverture vers les riverains constitue aussi une priorité avec un bâtiment dédié sur le front de mer.
La mise en service des nouvelles installations, dont les trois postes à quai, sont prévues à partir du 4 octobre prochain.