Cap Corse : le pompage se poursuit
Le 10 octobre en fin d'après-midi, la préfecture maritime de Méditerranée a annoncé que les moyens antipollution franco-italiens déployés sur la zone de la collision au large du cap Corse ont pompé 150 m3 de mélange hydrocarbure-eau. Ces substances récupérées ont été stockées sur le navire "Brezzamare", bâtiment de l'Agence européenne de sécurité maritime. Le jour-même, le préfet Charles-Henri du Ché avait estimé à 200 m3 maximum la quantité de fuel "assez lourd et visqueux" qui avait pu se répandre depuis les soutes du navire abordé.
Par ailleurs, un barrage antipollution a été installé autour des deux navires imbriqués, le ropax "Ulysse" et le "CSL Virginia", en attendant la prochaine tentative de désincarcération, en cas de nouvelle fuite de combustible depuis les soutes du porte-conteneurs. Les plongées sous la coque, avec les moyens du navire "Pluton" de la Marine nationale, ont commencé. Elles doivent permettre de proposer un mode opératoire au préfet maritime, qui a évoqué mercredi "une collision maritime totalement improbable, et qui pourtant a bien eu lieu".
Les survols d'un Falcon 50 de la Marine nationale et un avion des Douanes ont aidé à relocaliser les nappes de pollution, qui suivaient alors des courants de direction nord-ouest.