Clasquin a soigné sa marge en 2018

Pour le commissionnaire de transport international lyonnais Clasquin, l'année 2018 a été marquée par une progression de presque 10 % des volumes en fret aérien et par une croissance de 12 % dans le fret maritime.

À 308,3 millions d'euros, le commissionnaire de transport international rhônalpin Clasquin a achevé l'année 2018 sur un chiffre d'affaires en croissance de 6,1 %. La marge commerciale brute dégagée s'est élevée à 68,9 M EUR, en progression de 9,5 %. Selon la direction de l'entreprise, le ralentissement de la croissance des échanges internationaux observé au troisième trimestre s’est confirmé pendant les trois derniers mois de l'année.
En aérien, les volumes transportés par le groupe ont fléchi au cours du dernier trimestre de 15,4 % mais ont conservé une tendance haussière de 9,5 % sur l'année, indique l'entreprise lyonnaise. Elle explique que le fret aérien à l’import vers la France a été particulièrement affecté. "Le traditionnel surcroît d’activité lié aux fêtes de fin d’année n’ayant que très peu bénéficié de nouvelles commandes", analyse-t-elle.

"Acquisition de Favat et cession d'ECS US"

Quant au fret maritime, il en revanche connu, selon l'entreprise rhônalpine, une croissance en fin d'année "en ligne avec la tendance affichée sur les neuf premiers mois". Le nombre de conteneurs transportés par le groupe au cours des trois derniers mois de l'année a marqué une progression de 13,4 % et a affiché une croissance annuelle de 11,8 %. La croissance du nombre d’opérations à périmètre comparable s’est ralentie pour Clasquin au dernier trimestre (+ 3,7 %), tout en restant robuste sur l’ensemble de l’année (+ 7,4 %).
La direction de l'entreprise rappelle avoir fait l'acquisition en juillet 2018 du transitaire marseillais Favat. Elle ajoute avoir cédé la société ECS US au même moment.
Clasquin estime que le lancement de nouvelles activités telles que "Foires et expositions" et "Road Brokerage", etc.) comptent aujourd'hui pour 1,8 % en base annuelle.

Ouverture de bureaux aux États-Unis et en Afrique

Parmi les événements marquants qui ont jalonné le quatrième trimestre de l'année écoulée, le commissionnaire de transport a noté la poursuite du déploiement du logiciel d'exploitation "cargowise one" à l'international. Un dispositif qui est désormais implanté aux États-Unis, à Singapour, en Malaisie ainsi qu'en Allemagne.
La société a en outre ouvert deux agences en France (Lille et Nantes) dans le cadre d'un partenariat avec un agent marocain, deux bureaux aux États-Unis (Atlanta et Miami) ainsi que deux bureaux en Afrique (Dakar et Bamako). Elle a en revanche mis en sommeil sa filiale australienne.