Convargo veut incarner l'avenir du transport routier

En six mois, Convargo s'est déjà fait une place sur le marché de la mise en relation des expéditeurs et transporteurs routiers de fret. La start-up française se fixe de nouveaux objectifs ambitieux pour la fin de l’année 2017.

La très jeune société Convargo est déjà très ambitieuse. Après avoir lancé son activité en septembre 2016, la plateforme de mise en relation d’expéditeurs et de transporteurs sur le marché du fret estime déjà s'être imposée dans son secteur.
Avant de se lancer, Contargo avait bouclé une levée de fonds de 2 millions d’euros auprès "des plus gros investisseurs européens". En six mois d'existence, Convargo a réuni 1.500 transporteurs, totalisant plus de 30.000 camions. "Ces transporteurs ont été convaincus par l’offre et notamment par la facilitation de l'accès à l'information via la plateforme web ou les applications iOs/Android, estime-t-on à la direction. Les outils accessibles sur Convargo leur permettent de recevoir du fret en temps réel en provenance directe de milliers d'expéditeurs. Ils disposent en plus d’une garantie de paiement à 30 jours".

Adhésion de la profession

Convargo précise que 15 % de ces 1.500 partenaires ont mis en service plus de 50 camions, 75 % entre 10 et 50 camions et que les 10 % restants sont des chauffeurs artisans individuels.
Maxime Legardez, fondateur de la société, y voit une preuve de la pertinence de sa proposition : "Nous avons démontré que nous pouvions être un vrai partenaire pour les transporteurs français, en leur permettant d'optimiser le taux de remplissage de leur camion grâce à un maillage dense de petites et moyennes entreprises sur le territoire français".

"Optimiser le taux de remplissage grâce à un maillage dense de PME"

Côté expéditeurs, près de 2.000 sociétés ont demandé un accès aux services de Convargo, dont 80 % réalisent un chiffre d’affaires inférieur à 10 millions d’euros et 20 % sont des grands groupes, "notamment du Cac 40".
Convargo peut ainsi s'enorgueillir d'un taux de croissance de plus de 100 % par mois au cours de ses six mois d'existence. "Ces premiers bons résultats prouvent que nous apportons une réponse cohérente à un besoin profond et omniprésent dans le secteur du fret en France. Les retours de nos clients sont plus que positifs : on leur facilite la vie en leur faisant gagner du temps et de l’argent grâce à un outil facile d’utilisation et extrêmement performant", en conclut le fondateur.
Celui-ci rappelle que "25 % des camions roulent à vide" avec de fortes conséquences sur les plans économique et écologique. "Comme l’a souligné l’OCDE, mutualiser le transport de marchandises grâce à des plateformes comme la nôtre est une nécessité pour faire face au triplement attendu des volumes du fret d'ici 2050, qui entraînera une hausse des émissions de CO2 de 60 %", insiste Maxime Legardez.
Depuis son démarrage et l’annonce de sa levée de fonds en juin dernier, Convargo a agrandi ses équipes avec l’arrivée de vingt personnes et intégré de nouvelles technologies à son outil, telles que React et NodeJS, utilisées par Airbnb ou Uber. Convargo vise maintenant les 5.000 transporteurs référencés sur sa plateforme, soit 100.000 camions, et les 10.000 expéditeurs d’ici la fin 2017. Il anticipe un chiffre d’affaires de 5 millions d’euros et se fixe une expansion dans les pays frontaliers à la même échéance.