Deuxième trimestre favorable pour le groupe Stef

Pour le groupe Stef, le deuxième trimestre s'est avéré une nouvelle période positive. Le transporteur européen de produits frigorifiques estime aujourd'hui que la croissance organique s'est poursuivie malgré un environnement moins favorable qu'en 2017.

Au 30 juin 2019, le chiffre d'affaires cumulé du groupe Stef s'est élevé à 1.665,9 millions d'euros, en progression de 7 % par rapport au premier semestre 2018. Le spécialiste européen du transport frigorifique avait déjà connu une tendance haussière au premier trimestre de l'année. La période s'est en effet achevée sur une progression de 8,3 % avec un chiffre d'affaires de 864 millions d'euros.
Selon Stanislas Lemor, le PDG du Stef, "cette bonne performance s’inscrit dans le cadre d’une consommation alimentaire toujours positive en Europe". Il ajoute qu'elle est soutenue par "les récentes acquisitions en France et dans les pays européens où Stef est implanté".

"La croissance organique se poursuit"

Le groupe a en effet procédé à l'acquisition des sociétés Grégoire Galliard (janvier 2019), un transporteur de produits alimentaires frais et surgelés, et Express Marée (juillet 2018), transporteur et logisticien des produits de la mer. Deux entités qui ont contribué respectivement à hauteur de 2,8 et de 9,8 millions d'euros au chiffre d’affaires trimestriel de l'entreprise.

Évolution à deux chiffres pour l'Italie et le Portugal

À l'international, si les activités de tous les pays d’implantation du groupe semblent bien orientées, selon la direction de Stef. Notamment, l'Italie (+ 8,4 %) et le Portugal (+ 15,3 %), deux pays où la société dit avoir enregistré une forte croissance. Le groupe estime à cet égard avoir bénéficié du "développement de son réseau de groupage et du renforcement de ses parts de marché".
Les activités en surgelé du groupe italien Marconi, une société passée dans le giron du groupe français en mai 2018, ont représenté 15,7 millions d'euros au deuxième trimestre.
Dans le Nord de l'Europe, Stef précise que la société néerlandaise Netko, dont il a pris le contrôle au 1er mars 2019, génère un chiffre d’affaires de 3,3 millions d'euros sur la période.
Dans le maritime, sa filiale La Méridionale a affiché un chiffre d’affaires de 27,8 millions d'euros, en baisse de 3,2 %. "La compagnie a souffert d’un mouvement social qui a conduit à une baisse du nombre de traversées et a impacté à la fois le transport de fret et de passagers", explique la direction du groupe. L'armateur marseillais a été confronté ces derniers mois à sa mise à l'écart de la future DSP.