Deuxième trimestre très satisfaisant pour Clasquin malgré le contexte

01/09/2020 Pierre Lemerle

Le 27 août, l’ETI lyonnaise a communiqué sur les résultats de son deuxième trimestre. Grâce, notamment, à une bonne adaptation sur le marché aérien, Clasquin a bien résisté à la crise.

Un deuxième trimestre "très satisfaisant" compte tenu du contexte de crise. Avec - 1,9 % de marge commerciale brute sur le deuxième trimestre, Clasquin a plutôt bien résisté aux aléas du marché liés au Covid-19. Sur le premier semestre, la variation de cette dernière est de - 0,1 % à périmètre et changes courants.
Un bon résultat lié à l’acquisition de la société de transport canadienne Cargolution, le 1er octobre 2019, et à une capacité d’innovation importante dans le secteur aérien. Ainsi, le nombre d’opérations a été réduit au deuxième trimestre à 115.272 (- 22 % par rapport à 2019), fortement compensé par un marché inédit. "Habituellement, le fret passe par les avions passagers, rappelle Philippe Lons, directeur financier de Clasquin. Dans le cas, présent, aucun ne décollait. Il y a donc eu une vraie crise de l’offre".

Validation des "fondamentaux"

Sans avions passagers, Clasquin a dû jouer le rôle d’une compagnie aérienne pour affréter des avions destinés exclusivement au fret. Outre le plus gros avion du monde, l’Antonov 225 pour acheminer du matériel médical, le commissionnaire de transport a eu recours d’autres appareils pour transporter des pièces pour des chaînes industrielles indispensables. "Une demande a continué. Résultat, les prix du fret en provenance d’Asie ont parfois été multipliés par dix", complète Philippe Lons. D’où une évolution exceptionnelle des marges commerciales brutes. Fortement présent en Asie, le groupe est parvenu également à anticiper la crise du fait de son positionnement en Chine.
Pour l’ETI lyonnaise, ces résultats valident "ses fondamentaux" : l’importance des équipes, de leur créativité et l’investissement conséquent entrepris dans le numérique. Grâce à l’hébergement des données chez les créateurs de logiciels, une partie importante des 980 salariés du groupe ont pu continuer à travailler sans difficulté de chez eux.
En ce début de troisième trimestre, Clasquin note un retour à la normale au niveau aérien (avec des marges moins importantes) malgré l’absence persistante de beaucoup de longs courriers. Elle compte cependant sur son activité maritime robuste (+ 0,7 % de marge brut au premier semestre) et sur la diversité de son activité (ro-ro et développement du rail, notamment vers l’Asie) pour poursuivre son développement.