Grèves : la FNTR exhorte les pouvoirs publics à soutenir les entreprises

31/01/2020 Vincent Calabrèse

En réaction aux sept mouvements de grève qui ont bloqué les ports français depuis le 5 décembre 2019, la FNTR exhorte les pouvoirs publics à débloquer les ports et à soutenir les entreprises les plus fragiles. La fédération vient de publier les résultats d’une enquête menée auprès de plus de 800 sociétés afin de mesurer leur impact sur leur santé. "60 % des entreprises du secteur ont été touchées par les conflits sociaux avec une perte moyenne de chiffre d’affaire de 15 %", révèle l'étude, précisant que la baisse s’élève entre 20 et 30 % pour les sociétés spécialisées dans le transport multimodal.
"Ce sont les plus petites entreprises qui se relèveront le plus difficilement de cet épisode. Si elles ont été moins nombreuses à être touchées, elles le sont beaucoup plus durement et leur structure, par nature, rend leur situation plus précaire. Elles ont perdu entre 15 et 20 % de leur chiffre d’affaire sur la période", révèle l'enquête.
Si toutes les régions sont touchées, le Grand-Ouest et Provence-Alpes-Côte d'Azur présentent le plus de difficultés eu égard au nombre d'entreprises dépendantes de l'activité du Havre et Marseille-Fos.
Au-delà de la diminution d'activité liée au conflit social, les entreprises pâtissent de nombreux surcoûts comme l’augmentation des kilomètres parcourus (notamment à vide), les annulations de commandes ou encore les pénalités de retard.
"Cette enquête démontre l’ampleur de la crise à laquelle doivent faire face les opérateurs économiques du transport et de la logistique. La FNTR a interpellé à de nombreux reprises le gouvernement avec deux priorités absolues : débloquer les zones portuaires et soutenir concrètement les entreprises soit par des annulations de charges fiscales et sociales soit via la création d’un fond de soutien aux entreprises les plus fragiles", s’inquiète son président Jean-Christophe Pic.
Selon lui, "la réponse des pouvoirs publics n’est pas à la hauteur de la situation. Certaines entreprises sont déjà en dépôt de bilan".