H&S Logistics : trois piliers sur le Rhin supérieur

H&S Logistics, opérateur de transport sur le Rhin, organise son activité autour de trois sites le long de la frontière franco-allemande, dont Strasbourg.

H&S Logistics (Haeger & Schmidt) consolide l’organisation de son offre sur le Rhin supérieur. L’opérateur rhénan a dévolu ses sites respectifs à une spécialité principale. Au sud, à la frontière germano-suisse, Weil-am-Rhein concentre l’activité de transport conventionnel et d'affrètement. Kehl, en face de Strasbourg, constitue le point névralgique. H&S y assure la co-exploitation du terminal à conteneurs, avec Klump & Müller, propriétaire sur place des équipements de manutention, au sein de leur société conjointe à 50/50, Euro Terminal Kehl (ETK).
Quant à Strasbourg, il est également tourné vers le conteneur. "Nous avons pour vocation de capter les chargements dans un rayon d’environ 150 km sur la rive française du fleuve, jusqu’aux portes de la Suisse", souligne Valérie Wiedemann, responsable commerciale depuis l’an dernier. L’opérateur a pris dans le Rhin supérieur un visage très féminin : il s’"incarne" également en Évelyne Hum, directrice des agences de Strasbourg et Kehl.
L’équipe strasbourgeoise a emménagé l’an dernier au terminal Nord de Strasbourg, quittant ses locaux moins fonctionnels du terminal Sud à l’instar de ses confrères qu’elle côtoie dans le nouveau bâtiment, rue du Bassin du commerce. Elle suit également l’activité de Mulhouse-Ottmarsheim où H&S n’a plus d’implantation physique permanente.

Mutualisation

Les débouchés sur la mer du Nord ont été revus. En ferroviaire, l’opérateur ne relie plus Anvers, il se concentre sur Rotterdam, au départ de Kehl à raison de trois trajets par semaine. En barge, les deux grands ports sont desservis, pour un total de trois navettes hebdomadaires grâce à neuf barges.  Propriétaire de sa propre flotte, H&S a opté, dans les deux modes, pour la mutualisation de la gestion du remplissage, en tant que membre du groupement C3C constitué avec Danser et Ultra-Brag. "Chacun garde son autonomie commerciale et de politique tarifaire", précise Valérie Wiedemann.

"Des chargements captés jusqu’aux portes de la Suisse"

Le potentiel de l'hinterland alsacien est bien avéré pour le fluvial, mais il est bien sûr très contrarié par les basses eaux de cet automne. "Les trafics basculent au mieux sur le rail, les trois trains hebdomadaires affichent complets. Dès lors, le report s’effectue sur la route", constate la responsable commerciale. "Pour l’instant, les chargeurs orientés majoritairement ou exclusivement vers la voie d’eau le voient comme une réponse provisoire, mais ils se posent beaucoup de questions, en craignant que le phénomène, d’exceptionnel, devienne de plus en plus courant".