Haropa présente sa stratégie "Smart Corridor"

Au-delà d’enjeux économiques et logistiques, la fusion annoncée des ports du Havre, Rouen et Paris lève plusieurs défis. Elle suppose d’intégrer les transitions numérique, écologique et énergétique autour de projets fédérateurs et de partenariats publics-privés. Tel est le sens de la stratégie "Smart Corridor".

Lors du Cimer du 15 novembre à Dunkerque, Édouard Philippe a fixé un nouveau cap dans l’intégration des ports du Havre, Rouen et Paris via leur fusion d’ici le 1er janvier 2021. Sa mise en œuvre passera notamment par la transformation numérique et la transition écologique de l’axe Seine dans le but d’améliorer, de façon durable, la qualité de service pour ses clients, territoires et riverains. À préciser, une ébauche de cette stratégie a été présentée lors du Forum Smart City les 27 et 28 novembre à Paris. Son premier levier concerne l’emploi des technologies pour fluidifier le passage de la marchandise des ports vers leur hinterland en optimisant les délais, la traçabilité et l’agilité des organisations. À étendre, cette priorité s’appuie sur un existant : CCS S)One, le logiciel de navigation 3D S-Wing et le système de traitement et de suivi des matières dangereuses Timad, l’outil de gestion des flux terrestres Optiroute... D’autres réflexions concernent l’action de la Capitainerie pour optimiser le placement des navires à quai selon les capacités des terminaux et les liaisons entre ces derniers et le terminal multimodal du Havre.

Enjeux environnementaux

Second volet de cette stratégie, la transition énergétique et écologique suppose une accélération des actions dans plusieurs domaines : énergies renouvelables et alternatives, économie circulaire, multimodalité, sécurité et protection de la biodiversité. Là encore, l’axe Seine dispose d’un socle de mesures déjà engagées : démarche ESI qui encourage les armateurs à réduire leurs émissions polluantes, stations GNV au Havre, Bonneuil-sur-Marne et Gennevilliers ou le contrôle des fonds marins à l’aide de sondeurs et scanners-lasers 3D.

"Développer un nouveau modèle de territoire urbain et industrialo-portuaire durable intégré par l’innovation"

Pour les conforter, les projets en cours couvrent, par exemple, le SIF Seine permettant d’améliorer la compétitivité et la sécurité de la navigation fluviale sur l’axe et le recours aux drones pour la surveillance des milieux naturels (eau, air, sol) et des infrastructures portuaires.

Relation villes-ports

La capacité à rassembler les acteurs publics et privés autour d’une dynamique de place et de partenariats supportera ces innovations et leur acceptation au sein d’une communauté élargie. Le laboratoire de recherche public-privé GIS Trafis œuvre déjà dans ce sens en se consacrant aux échanges internationaux, la sécurité et à l’application des nouvelles technologies dans les métiers portuaires. Dans le même esprit, le Port Center ou les "Hackathon Smart Port City", dont la troisième édition s’est tenue à Gennevilliers les 16 et 17 novembre, visent à insuffler de nouveaux outils et de nouvelles approches pour résoudre des enjeux portuaires avec le soutien de start-up. Dans le but de promouvoir ces échanges et les passerelles avec le public sont annoncées au Havre les créations d’une Halle technologique, d’une Cité numérique et d’un Port Center du futur. Figurant au sein du projet Smart Port City du Havre*, ces innovations ont été distinguées les 27 et 28 novembre par le "Grand prix de l’initiative Smart City – ville moyenne". En réflexion également, les projets Smart Cruise avec la création d’un terminal de croisières nouvelle génération proposant un bouquet de services connectés aux croisiéristes et E-toile pour cartographier les flux sur les zones industrialo-portuaires et favoriser l’interconnexion de ses acteurs.

* Porté par la Codah, Haropa-Port du Havre, l’Université Le Havre Normandie, Synerzip LH, ce projet a été retenu par le Programme des investissements d’avenir (PAI 3 Tiga)

Lauréats du 3e Hackathon Smart Port City

Après Le Havre et Rouen, Gennevilliers accueillait les 16 et 17 novembre le Hackathon Smart Port City organisé par Haropa, la communauté portuaire locale, la ville de Gennevilliers et Paris Seine Normandie. À l’attention des start-up, cette troisième édition avait pour objectif d’imaginer des solutions qui répondent par l’innovation aux enjeux du port fluvial. Cross Road s’y est vu décerner le Grand Prix Haropa pour son outil de mise en relation entre entreprises qui recrutent sur le port et demandeurs d’emploi. Parmi les autres start-up distinguées, Log ID a reçu le Prix Orange pour sa solution d’optimisation du trafic et des stationnements de barges fluviales.