Haropa profite de la reprise au premier semestre 2021

27/07/2021 Natalie Castetz

Avec 40 millions de tonnes de marchandises traitées, soit une hausse de 6,5 % par rapport au premier semestre 2020, les ports de l’axe Seine retrouvent une dynamique positive.

Après une année secouée par les crises sociale et sanitaire, et au lendemain de la fusion des trois ports Le Havre, Rouen et Paris dans un établissement unique, Haropa Port annonce une "forte croissance" pour ce premier semestre 2021.
Le trafic maritime, à 40 millions de tonnes de marchandises traitées, affiche une hausse de 6,5 % par rapport au premier semestre 2020, sans rattraper encore celui de 2018 (45,8 millions de tonnes). Les bons résultats sont portés par la croissance de la filière conteneurs qui augmente de 43 % en tonnage à 14,6 millions de tonnes, retrouvant les mêmes niveaux que les années de référence 2018 et 2019, et de 40 % en nombre d'unités, à 1,5 million d’EVP. Les trafics "inland" progressent de 26 % et les volumes en transbordement doublent par rapport à 2020 et dépassent ceux de 2019 à la même période.

Le BTP moteur des trafics

Autres bons chiffres, ceux du trafic des voitures : 156.000 véhicules ont été traités sur le terminal roulier du Havre ces six premiers mois, en augmentation de 48 % par rapport à la même période en 2020. Haropa profite de la reprise en 2021 d'un marché automobile français porté par les ventes de véhicules électriques et hybrides.
La filière des vracs solides est renforcée par l’activité liée au secteur du BTP, en progression grâce aux grands projets d’infrastructures actuellement en construction : le Grand Paris, les jeux Olympiques 2024, le projet Éole. Les trafics de graves sont ainsi en hausse de 40 % et les importations de ciment/clinker de 92 %. Mais elle ne compense pas le recul du trafic des céréales : la campagne céréalière est en retrait avec un tonnage de 6,55 millions de tonnes contre 9,9 millions au premier semestre 2020, qui avait battu son record historique. Résultat, la filière affiche une baisse de 20 %.

"Le trafic fluvial dopé par la logistique urbaine"

Le trafic fluvial sur le bassin de la Seine est également en progression, avec une hausse de 14 % à 70.000 EVP, dopé par les performances de la logistique urbaine, qui affiche une hausse de 42 %. Le bon dynamisme du BTP explique aussi la croissance des trafics de la filière Environnement, principalement avec les déblais de chantiers : + 49 % à fin mai 2021 par rapport à mai 2020. Les vracs liquides, eux, restent stables à 18 millions de tonnes en raison, selon Haropa, du recul conjoncturel des produits pétroliers et raffinés, dû notamment aux arrêts techniques des raffineries. Seuls, progressent les produits chimiques et hydrocarbures gazeux.

Escales maritimes exceptionnelles

Et si la crise sanitaire et le blocage du canal de Suez ont bouleversé l’organisation mondiale des lignes et des services, Haropa assure "un retour à la normale" et insiste sur "l’agilité et la réactivité" des acteurs de la place portuaire qui ont permis le traitement de plus de soixante "extra call". Ces escales exceptionnelles non prévues initialement "ont pu être accueillies et manutentionnées malgré les retards affichés d’un grand nombre de navires victimes de la saturation de certains ports du range Nord".
Haropa se félicite également des records de traitement de conteneurs sur certains terminaux, essentiellement sur les navires en provenance d’Asie : plusieurs escales ont dépassé les 6.000 mouvements.  

Dans ce contexte "tendu", Haropa Port "renforce sa position de hub", note son directeur général Stéphane Raison. C’est ainsi que de nouvelles lignes feeder ont été créées depuis le 1er juillet : le port du Havre accueille trois nouveaux services hebdomadaires opérés par MSC vers l’Espagne, le Portugal, le Royaume-Uni ainsi que des ports du range Nord européen.