Hyundai Merchant Marine rejoint THE Alliance

HMM a annoncé son intégration dans THE Alliance à l'issue de son partenariat avec 2M l'an prochain. Une forme de retour en grâce pour l'armateur coréen après trois années éprouvantes.

Hyundai Merchant Marine (HMM) rejoindra THE Alliance à compter du 1er avril 2020, date à laquelle son accord avec les deux partenaires de 2M, Maersk Line et MSC, prendra fin.
L'armateur sud-coréen sera membre de plein droit de cette alliance, aux côtés de l'allemand Hapag-Lloyd, du japonais One et du taïwanais Yang Ming. Ce n'était pas le cas chez 2M, avec laquelle il avait noué en décembre 2016 un accord de coopération, élargi au printemps suivant. Ces dernières semaines, la compagnie asiatique avait tenté de se faire admettre comme un membre à part entière de 2M, sans plus de succès qu'il y a trois ans. Cet accord ressemble donc à une réhabilitation pour Hyundai.
Au printemps 2016, en proie à de grandes difficultés financières alors que son compatriote Hanjin Shipping sombrait corps et biens, HMM s'était fait évincer lors de la constitution de THE Alliance, formée par trois ex-membres de G6 (Hapag-Lloyd, Mitsui OSK Line et NYK) et deux de CKYHE ("K" Line et Yang Ming) au moment de la recomposition des alliances. L'armateur coréen avait alors trouvé refuge auprès de Maersk et MSC.
Après le retrait, l'été dernier, de Hyundai des liaisons transatlantiques, 2M avait noué un partenariat avec l'armateur israélien Zim. La coopération initialement cantonnée aux routes Asie-côte Est américaine a ensuite été étendue à la côte Ouest et à la desserte de la Méditerranée depuis l'Extrême-Orient.

Une flotte en plein renouveau

La nouvelle formule à quatre membres de THE Alliance (Mol, "K" Line et NYK ont fusionné dans One l'an dernier) sera valable jusqu'en 2030. Sa validité reste soumise à l'approbation des autorités de régulation de la concurrence.
Les membres du Vessel Sharing Agreement (VSA) mené par Hapag-Lloyd semblent avoir reçu la garantie que l'État coréen compte toujours assurer les arrières de sa dernière grande compagnie nationale à travers la Banque coréenne d'investissement.
Hyundai Merchant Marine a perdu 720 millions de dollars l'année dernière et plus d'un milliard l'année précédente. Relancé par son État via notamment un plan d'investissement ambitieux dans des navires neufs, HMM attend pour l'année prochaine la livraison de 12 porte-conteneurs de 23.000 EVP de capacité, qui seront déployés entre l'Asie et l'Europe du Nord. Huit autres navires de 15.000 EVP doivent ensuite rejoindre la flotte de l'armateur coréen en 2021. Ces commandes sont un atout pour son alliance d'accueil.

"Plus de compétitivité face aux deux autres alliances"

"HMM convient très bien à THE Alliance puisqu'il fournira nombre de navires neufs et modernes", affirme Rolf Habben Jansen, PDG de Hapag-Lloyd. Jeremy Nixon, PDG d'Ocean Network Express (One), attend de cette intégration "un meilleur équilibre des flux de marchandises" et l'ensemble des partenaires "une amélioration significative de la compétitivité face aux deux autres alliances".
D'après le consultant Alphaliner, HMM apportera au VSA 34 navires cumulant une capacité de 519.000 EVP. Les 12 de 23.000 EVP seraient déployés entre Asie et Europe du Nord, 10 unités de 13.000 alignées pour desservir la Méditerranée et la côte Est américaine, rejointes par les 8 de 15.000 EVP en 2021, alors que 6 porte-conteneurs de 10.000 EVP et 8 de 8.600 EVP relieraient l'Extrême-Orient à la côte Ouest américaine. "HMM est aussi censé coopérer avec ses partenaires de THE Alliance sur les routes Asie-Moyen-Orient", ajoute Alphaliner.
À la fin du contrat avec 2M, Hyundai récupérera neuf navires de 10.000 à 13.000 sous-affrétés par Maersk et MSC. Cet accord avait eu pour conséquence le retrait de capacité de HMM entre l'Asie et l'Europe du Nord, la Méditerranée et la côte Est des États-Unis.