Investissements massifs en vue sur le port de Sines

Le gouvernement portugais lance un appel d'offres pour un nouveau terminal à conteneurs. Il vient également d'autoriser PSA à doubler sa capacité actuelle.

Un appel d'offres international a été lancé le 14 octobre pour doter le port de Sines d'un nouveau terminal à conteneurs. Le principal port du Portugal, qui a reçu en 2016 les premières livraisons de gaz naturel américain vers l'Union européenne, pourrait aussi faire partie du projet des "nouvelles routes de la soie" lancé par Pékin. Le nouveau terminal doit voir le jour en 2024, pour un investissement chiffré à 642 millions d'euros. Les candidats disposent de neuf mois pour présenter leur offre et le vainqueur sera connu fin 2020.

Intérêt chinois

Le projet pourrait notamment attirer le numéro trois mondial de la ligne régulière, Cosco, ou le Shanghai International Port Group (SIPG). En mai dernier, le gouvernement avait invité les entreprises chinoises à investir dans l'infrastructure portuaire située à une centaine de kilomètres au sud de Lisbonne, qui pourrait ainsi devenir la "porte Atlantique" du réseau d'infrastructures piloté par la Chine.
Sines représente déjà plus de la moitié de l'activité portuaire du Portugal et 1,5% de la richesse économique du pays. Entre 2011 et 2018, le port a multiplié par quatre le volume de marchandises conteneurisées, à 1,75 million d'EVP. Le nouveau terminal à conteneurs sera capable d'accueillir 3 millions d'EVP supplémentaires et le vainqueur de l'appel d'offres en sera le concessionnaire pour une durée prévue de 50 ans.
En parallèle, PSA s'est engagé le 12 octobre à augmenter la capacité du terminal qu'il exploite, le Terminal XXI, de 2,3 à 4,1 millions d'EVP, avec un investissement de 661 millions d'euros. 300 millions d'euros seront également investis par l'État dans la modernisation du port et des infrastructures environnantes.