L’Iata inquiète pour les compagnies d’Amérique latine

31/07/2020 AFP

Faute d’aide des États sud-américains, les compagnies aériennes pourraient ne pas passer l’hiver si le trafic ne reprend pas d’ici la rentrée.

De nombreuses compagnies aériennes d'Amérique latine fermeront si les vols suspendus en raison de la pandémie de coronavirus ne reprennent pas rapidement, a averti Peter Cerda, vice-président de l’Association internationale du transport aérien (Iata) pour les Amériques.
"Si les restrictions ou les fermetures de frontières persistent lorsque nous serons en septembre ou octobre, il est possible qu'une grande majorité de nos lignes aériennes commencent à disparaître de nos régions", a-t-il ajouté. A ce moment les compagnies auraient six ou sept mois d'inactivité en raison des fermetures décidées pour tenter de contenir la pandémie, et il deviendrait alors "très difficile" et "compliqué" qu'elles puissent "survivre".
Le responsable a souligné qu'en Amérique latine et dans les Caraïbes, l'aide des États pour soutenir le secteur aérien "a été pratiquement nulle" alors qu’au niveau mondial, les gouvernements ont donné environ 130 milliards de dollars au secteur pour l'aider à traverser la crise, a rappelé Peter Cerda.

1% des aides mondiales d’État aux compagnies

La majeure partie de ces aides, 60 milliards de dollars, provient des États-Unis, et "un pourcentage important" d'Europe, mais les aides publiques au secteur dans les pays d'Amérique latine représentent seulement "un pour cent" du montant global, a-t-il souligné.
Toutefois, la principale aide que l'Iata demande "n'est pas financière". L’organisation souhaite que "les gouvernements donnent l'ordre de réactiver et de relancer le transport aérien dans notre région" en appliquant les protocoles de sécurité établis, a-t-il dit.
L'Iata a indiqué dernièrement qu'il faudrait quatre ans pour que le trafic aérien mondial revienne au niveau d'avant la pandémie. La deuxième compagnie aérienne colombienne, Avianca, a demandé le 10 mai à être placée sous la loi de protection contre les faillites aux États-Unis. La filiale brésilienne de la compagnie Latam Airlines, la plus grande compagnie aérienne d'Amérique du Sud, a fait de même le 9 juillet.