L’Île-de-France débloque des aides au report modal
À l’occasion du récent salon des maires d’Île-de-France, la région a signé avec Voies navigables de France (VNF) deux conventions de financement. Dotée d’un million d’euros, la première s’inscrit dans le cadre du Plan d’aide au report modal (Parm) destiné à accompagner les chargeurs souhaitant recourir au fluvial. Abondée à hauteur de 1,5 M EUR, la seconde alimente le Plan d’aide à la modernisation et à l’innovation (Pami) visant à favoriser l’adaptation des flottes fluviales aux nouvelles exigences environnementales et réglementaires.
Le Parm et le Pami sont deux dispositifs nationaux pilotés par VNF. Validés par la Commission européenne pour la période 2018-2022, ils ont pour budgets initiaux 20 et 16,5 M EUR auxquels peuvent participer les collectivités territoriales. Après la région Île-de-France, d’autres devraient suivre (Hauts-de-France, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Normandie…).
Dans le cas francilien, cette contribution aux deux plans d’aide confirme les orientations fixées le 15 mars 2018 dans le cadre de la stratégie régionale pour le fret et la logistique. Incluant la voie d’eau, cette stratégie sur trois ans est dotée d’un budget de 50 M EUR.
Au titre de la fiabilisation et de la modernisation des infrastructures fluviales, la collectivité verse en outre 30 M EUR sur les 116 M EUR inscrits à cette mission dans le CPER Île-de-France 2015-2020. Avec une part modale de 6 %, la voie d’eau traite 14 millions de tonnes (Mt) par an dans la région Capitale. Ce volume est susceptible d’augmenter avec les chantiers des nouvelles lignes du Grand Paris Express, du RER Eole et des jeux Olympiques 2024. Pour le seul Grand Paris Express par exemple, la Société du Grand Paris prévoit d’évacuer 7 à 10 Mt par le fleuve. La participation au Parm et au Pami vise notamment à accompagner les besoins de financement fluviaux associés.