L'OFCE veut relancer l'économie avec une ligne ferrovaire paneuropéenne

20/07/2020 AFP

Trois organismes de recherche économique ont planché sur un plan de relance pour l'Europe. Leur projet s'appuie sur la réalisation de quatre lignes ferroviaires à grande vitesse, à travers le continent.

L'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), organisme de recherche public, s'est associé aux instituts allemand IMK et autrichien WIIW pour proposer un plan de relance pour l'Union européenne. Il prévoit 2.000 milliards d'investissements sur dix ans. Les économistes l'appuient essentiellement sur le déploiement d'une vaste infrastructure ferroviaire qui doit traverser les métropoles du continent.
Moyennant un coût de 1.100 milliards d'euros, un train ultra rapide (250 à 350 km/h), qui parcourrait près de 20.000 kilomètres, relierait les capitales via la création de quatre nouvelles lignes allant de Lisbonne à Helsinki, de Berlin à Nicosie ou de Malte à Bruxelles.

Rattraper le retard

Le projet permettrait de rattraper le retard de l'Europe sur la Chine, l'UE étant dotée de "très peu de lignes à très grande vitesse". Il servirait également à renforcer la cohésion européenne en réduisant les temps de transport. Ainsi, on relierait Paris à Berlin en quatre heures contre huit actuellement. Cet investissement d'envergure abonderait en outre les objectifs du Pacte vert européen, qui vise la neutralité carbone d'ici 2050. En effet, ce nouveau réseau ferroviaire performant se substituerait aux liaisons aériennes entre les capitales.