L’exploitation des ports de la Moselle attribuée pour trente mois

28/07/2021 Mathieu Noyer

CFNR Transport a été désigné pour piloter le développement de onze ports publics et privés jusqu’à début 2024. La courte concession, avant une autre de vingt-sept ans, est la conséquence de rebondissements politiques.

Canalisée dans la réalité, la Moselle a fait beaucoup plus de vagues dans les salles de négociation, quand il s’est agi de définir l’avenir de l’exploitation de onze ports publics et privés qui la jalonnent sur 158 kilomètres en Lorraine. Plusieurs mois mouvementés s’achèvent, à moins d’un ultime rebondissement, par la désignation de CFNR Transport (groupe Rhenus) pour une concession de durée réduite de deux ans et demi, qui a pris effet le 1er juillet et qui en annonce une autre de vingt-sept ans.

Le modèle longuement construit d’une Semop (société d’économie mixte à opération unique) a volé en éclats en fin d’année dernière, alors que le processus venait d’aboutir à la bâtir autour d’un groupement entre CFNR Transport, ArcelorMittal et surtout la chambre de commerce et d’industrie de Nancy Métropole Meurthe-et-Moselle (CCI 54), pour une concession de trente ans auprès du Syndicat mixte ouvert (SMO) des ports lorrains constitué de VNF et de la région Grand-Est. Mais le nouveau maire et président d’agglomération de Metz, François Grosdidier, n’a pas goûté ce scénario qui entraînait de fait le contrôle par une structure de Nancy du port messin, le plus important pour les céréales en France en navigation intérieure, et qui concentre à lui seul la moitié des 4,2 millions de tonnes cumulées par les onze infrastructures lorraines.

Recours rejeté

À la suite de cette passe d’armes, la procédure a été stoppée pour laisser place au modèle classique de concession portuaire, mais divisé en deux phases. La première, de courte durée mais préfiguratrice de la "vraie" délégation future, a suscité les convoitises. La CCI 54 est repartie à l’assaut en association avec Novatrans (groupe Charles André) et ArcelorMittal.

Elle s’est retrouvée face à deux concurrents, sérieux : un pool céréalier réuni autour d’InVivo (avec le transporteur lorrain Mauffrey)… et CFNR Transport en solo. Celui-ci l’a emporté, avec effet au 1er juillet dernier. Il gère déjà l'un des ports concernés, celui d'Uckange au nord de Metz. La CCI 54 n’a pas manqué de contester en justice mais sans succès à quelques jours de l’échéance auprès du tribunal administratif de Nancy. Celui-ci n’a pas identifié de violation des règles de la commande publique dans la procédure d’attribution. La chambre consulaire poursuit son combat sur le fond.