La France, championne des déclarations de vol de fret

Le nombre de vols de fret continue de battre les records en 2019 dans la zone EMEA. L’association Tapa encourage les entreprises à déclarer leurs sinistres pour améliorer la connaissance des modes opératoires et identifier les lieux sensibles.

Sans pause depuis 2015, les vols de fret dans les chaînes logistiques sur la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA) augmentent à un rythme effréné. "2019 établit déjà un nouveau record", s’alarme Transported Asset Protection Association (Tapa). "Les 4.187 vols de fret recensés au premier semestre dépassent le total de l’année 2018 de 5,1 % pour une valeur de plus de 55 millions d'euros, soit une moyenne de 305.600 euros par jour", rapporte l'association qui précise qu’il s’agit d’une estimation basse puisque "seules 30 % des entreprises déclarent leurs vols de fret".
Selon ses évaluations, le coût de cette criminalité s’élèverait davantage à 2 milliards d’euros par an sur la zone EMEA.

Stationnements non sécurisés

De plus, la description des marchandises dérobées manque de précision : les trois quarts des déclarations de sinistres transmises par les entreprises victimes et les assureurs ne spécifient pas, ou renseignent mal, le type de fret concerné.

"Les pays où les vols sont déclarés sont les plus sûrs"

Les données concernant les cargaisons volées connues placent les produits du tabac parmi les plus ciblés suivis des articles alimentaires, des meubles et appareils électroménagers, puis des vêtements et chaussures. Si les attaques sur les produits de plus fortes valeurs comme les cosmétiques, parfums ou ordinateurs sont moins nombreuses, elles alourdissent sensiblement les pertes consécutives aux vols. Les attaques concernent essentiellement le transport routier et se déroulent en majorité sur des lieux de stationnement non sécurisés.

Déclarer les sinistres

Au sein de la zone EMEA, c'est la France qui enregistre le plus grand nombre de vols de fret au cours du deuxième trimestre 2019 (480 attaques recensées par Tapa). "Cela ne signifie pas que les chaînes d’approvisionnement sont plus menacées en France qu’ailleurs", selon l'association qui insiste sur la nécessité de déclarer les délits.
Ainsi l’Allemagne apparaît également sur le podium, en deuxième position avec 410 attaques au deuxième trimestre. "Les pays où les vols de fret sont déclarés sont les plus sûrs car les renseignements transmis permettent de les prévenir et de mieux s’en protéger grâce à l’analyse des modes opératoires et à une meilleure connaissance des lieux sensibles", conclut Tapa qui encourage les entreprises à se manifester lorsqu'elles sont victimes de ces méfaits. Elle salue également le renforcement de la collaboration avec les services et autorités publics chargés de la lutte contre la délinquance et la criminalité itinérantes.