La Grèce et le Japon en tête des actifs mondiaux en termes de flotte

Au palmarès mondial des dix premiers pays contrôlant des flottes de navires représentant entre plus de 20.000 et 100.000 dollars, selon l'expert Vesselsvalue, la Grèce figure au premier rang et le Danemark se situe à la dernière place. Détails.

La Grèce, avec une flotte dont la valeur a augmenté de 5 milliards de dollars en 2018 pour atteindre en début d'année 2019 le poids de 105,2 md USD, reste le premier pays au monde. Pour la société britannique Vesselsvalue, le chiffre est porté une nouvelle fois par la valeur globale de la flotte pétrolière, qui représente 38,4 md USD, et des vraquiers secs (37,43 md USD).
Au 2e rang mondial figure l'archipel nippon, avec une flotte dont la valeur globale s'élève à 94,7 USD. Un chiffre porté par les vraquiers, qui ont représenté à fin 2018 le montant de 40 md USD, suivi de la flotte pétrolière et celle spécialisée dans le GNL. L'étude de Vesselsvalue relève que les armateurs japonais spécialisés dans le transport du GPL ont bénéficié d'une forte valorisation en 2018.

Forte revalorisation des actifs chinois

Quant à la Chine, à 90,8 md USD, elle est le pays dont la flotte a connu en 2018 une forte revalorisation l'an passé. Elle s'est élevée à 6,3 md USD en un an. Pendant la période, le secteur des porte-conteneurs a toutefois souffert d'une forte baisse de valeur. Selon Vesselsvalue, l'Empire du milieu est "à l'origine d'une grande partie de la demande supplémentaire de consommation de GNL".
Pour sa part, Singapour se situe à la 4e place, à 49,66 md USD. Les armateurs ayant leur siège social dans la cité État ont vu leur flotte prendre 3,1 md USD de valeur en 2018. À lui seul, le secteur du pétrole a représenté en 2018 quelque 16 md USD. Du côté du conteneur, le cabinet britannique estime que l'État singapourien a bénéficié de la fusion des trois armateurs japonais (NYK, Mol et "K" Line) mettant sur le marché le label One (Ocean Network Express), qui y a installé son siège social.
La Norvège, à la 5e place du classement mondial, représente une valeur de 48,8 md USD d'actifs. Un chiffre porté par le transport du pétrole, évalué à 14 md USD. L'étude estime qu'en dépit des problèmes rencontrés par Solstad, le pays conserve son rayonnement mondial dans l'offshore grâce à AHTS et PSV

"Singapour a bénéficié de l'arrivée du consortium One en 2018"

Les États-Unis se sont situés en 2018 à la 6e place, avec des actifs évalués à 44,5 md USD. Selon le rapport, le pays a souffert d'un grand nombre de navires offshore âgés de 15 ans et plus. Le pourcentage des navires candidats potentiels à la démolition devrait se traduire par une réduction globale des actifs dans le pays.
L'Allemagne, à 31,4 md USD, continue de perdre du terrain d'année en année. Bien qu'ayant perdu 1,7 md USD, le secteur des porte-conteneurs représente encore une flotte de 16,4 md USD d'actifs.
La flotte allemande continue de se contracter, la majorité des difficultés de 2018 provenant de la flotte conteneurisée du pays. Avec 1,7 milliard de dollars supplémentaires, elle continue de se réduire
Les trois derniers pays du Top 10 sont la Corée du Sud (30 md USD), le Royaume-Uni (29 md USD) et le Danemark (23 md USD). Pour Vesselsvalue, dans la flotte sud-coréenne, le vrac sec a pesé en 2018 à 10,7 md USD. Il ajoute que le Royaume-Uni (pour lequel le conteneur représente 5,2 md USD) risque d'être victime du Brexit en 2019. Enfin, au Danemark, sur un total de  23 md USD de flotte globale, le conteneur pèse 8,9 md USD.