La Turquie ratifie la convention de Hong Kong sur le recyclage des navires
Des sept États ayant à ce jour ratifié la convention de Hong Kong sur le recyclage des navires, la Turquie est aussi celui où cette activité est la plus importante.
Signée à Hong Kong en 2009 par 60 États, la convention de l’OMI sur le recyclage des navires n’est toujours pas entrée en application, n’ayant été ratifiée en dix ans que par la Belgique, le Congo, le Danemark, la France, la Norvège et le Panama. Un septième pays a adhéré à cette convention de Hong Kong : la Turquie, dont la ratification est intervenue le 31 janvier 2019. Pour entrer en vigueur, la convention sur le recyclage des navires doit être ratifiée par 15 États représentant au moins 40 % du tonnage brut de la flotte marchande et recyclant chaque année au moins 3 % de leur tonnage brut combiné. Ce dernier critère est loin d’être atteint, puisque les 7 États membres, dont les bateaux représentent plus de 20 % du tonnage de la marine marchande mondiale, n’ont recyclé que 1.652.961 tjb, soit 0,62 % de leur tonnage, au cours des dix dernières années. Avec le Bangladesh, la Chine, l’Inde et le Pakistan, la Turquie est un des principaux pays de recyclage des navires dans le monde, qui représentent à eux cinq plus de 90 % du tonnage mondial de navires recyclés.