La croissance de Dachser ralentit

Sur ses marchés industriels, Dachser anticipe un exercice 2020 difficile en raison de la crise sanitaire. Le groupe se prépare à la fin de la pandémie en maintenant ses investissements.

Après 7,2 % en 2017 et 5,5 % en 2018, le chiffre d’affaires de Dachser s’est apprécié de 1,6 % l’an passé pour s’établir à 5,66 milliards d’euros. À l’origine de plus de 80 % de ce montant, ses activités européennes de transport et de stockage de biens industriels et de produits alimentaires progressent de 2,9 %. Elles compensent le repli de 4,1 % de son pôle Air&Sea dû "au fléchissement du fret aérien pour les clients du secteur automobile en Allemagne", explique le groupe. Tous métiers confondus, ce dernier déclare 80,6 millions d’envois en 2019 (- 3,7 %) et le transport de 41 millions de tonnes (- 1 %).

Diversification

Face au ralentissement de ses filières industrielles historiques dont la construction automobile, Dachser diversifie son portefeuille clients. En 2019, le groupe s’est renforcé dans les secteurs pharma-santé, sciences de la vie, mode et les équipements sportifs. Le déploiement de son nouveau système d’information transport Othello se poursuit en parallèle. "D’ici le milieu de l’année 2020, nous traiterons 99 % de nos envois grâce à ce système", précise son président Bernhard Simon. Ses activités overseas se sont enrichies également grâce à l’extension de services ferroviaires eurasiens.
Incluant "la pénurie de conducteurs et de personnels qualifiés" en Europe, Dachser reconnaît la difficulté de se projeter sur 2020 en raison de la crise sanitaire. "La diminution des volumes dans les produits industriels est inévitable" tandis que les denrées alimentaires devraient se maintenir selon Bernhard Simon. Dans ce contexte, le groupe confirme un investissement dans son réseau de 150 M EUR environ cette année, une somme équivalente à celle investie en 2019.