La nouvelle European clean trucking alliance veut décarboner le TRM

12/08/2020 Érick Demangeon

Regroupés au sein de l’European clean trucking alliance, dix-huit chargeurs, commissionnaires de transport et organisations professionnelles exhortent l’Europe à fixer une stratégie claire pour décarboner le transport routier de marchandises.

La transition énergétique et écologique dans le transport du fret ne s'effectuera pas sans le mode routier. Celui-ci assure aujourd'hui près de 80 % des flux terrestres avec une flotte de quarante millions de véhicules. Les échéances européennes sur le climat prévoient une réduction des émissions de CO2 de plus de 50 % d’ici 2030 et la neutralité en matière de carbone en 2050. C’est dans ce contexte que dix-huit chargeurs, commissionnaires de transport, logisticiens et organisations professionnelles ont créé l’European clean trucking alliance (Ecta) le 15 juillet. Parmi ses membres figurent notamment Ikea, Nestlé, Unilever, Deutsche Post DHL, Vos Logistics ainsi que les trois entreprises françaises Geodis, FM Logistic et Michelin. Ensemble, ces dix-huit membres emploient plus de 1,6 million de personnes, réalisent un chiffre d’affaires de plus de 325 milliards d’euros et mettent sur les routes européennes plus de 120.000 camions.
 

Geodis, FM Logistic et Michelin membres de l’alliance

L’Ecta exhorte la Commission européenne à faire de la décarbonation du transport routier de marchandises une priorité en droite ligne avec les échéances 2030 et 2050. La jeune coalition demande "la mise en œuvre d’une stratégie claire pour permettre le déploiement de camions zéro émission". Parmi les mesures attendues, figurent notamment "la suppression des soutiens aux combustibles fossiles, une feuille de route de déploiement de réseau de distribution d’énergies alternatives" ou encore "la révision de la directive Eurovignette pour imposer des baisses de péage" pour les véhicules neutres en carbone. Sous deux ans, l’Ecta souhaite aussi que l’Europe définisse de nouvelles normes sur la performance CO2 des poids lourds. L’alliance appelle enfin les autorités communautaires à obliger la production durable de batteries électriques à partir de matières premières « issues de sources éthiques et recyclées".