La pénurie de conteneurs pourrait coûter très cher à la zone euro

03/03/2021 Érick Demangeon

Le prix des importations en provenance de Chine connaît une forte inflation. La hausse des taux de fret et des transit time maritimes Asie-Europe expliquerait cette augmentation. Cette hausse serait alimentée en grande partie par une pénurie de conteneurs, estime l’assureur-crédit Euler Hermes.

Au cours du premier semestre 2021, la hausse prévisionnelle du coût des importations européennes en provenance de Chine est évaluée jusqu’à 6 % par Euler Hermes. Elle coûterait entre 4,5 et 7 points de marge opérationnelle aux entreprises de la zone euro. Cette prévision établie par l’assureur-crédit est déclinée par pays. "Les entreprises allemandes seraient particulièrement affectées avec une perte de marge opérationnelle qui pourrait atteindre 36 milliards d’euros au premier semestre." Les sociétés françaises ne sont pas épargnées puisque leurs pertes sont évaluées à 23 milliards d’euros sur la même période.

Des rotations perturbées

Plusieurs facteurs expliqueraient la hausse des prix des importations chinoises. Avec le renforcement du yuan face à l’euro, le principal concerne le renchérissement du transport maritime conteneurisé et l’allongement des transit-times entre l’Asie et l’Europe. Deux évolutions dues à une pénurie de conteneurs et de capacités à bord des navires face à une demande de transport maritime en forte augmentation au départ de la Chine.

"L’allongement des transit times pourrait coûter 1,2 point de PIB à la zone Euro en 2021"

Le manque de conteneurs proviendrait principalement "de blocages dans d’autres pays en raison de restrictions sanitaires appliquées pour lutter contre l’épidémie". Ces blocages perturberaient le repositionnement et la rotation des boîtes. Ils alimenteraient l’inflation des taux de fret maritimes estimée à plus de 150 % entre le troisième et le quatrième trimestre 2020. L’impact économique du seul allongement des temps de livraison "pourrait coûter 1,2 point de croissance au PIB de la zone Euro en 2021", conclut Euler Hermes.