Le Cesni prépare un guide pour la fluvialisation des moteurs

13/12/2019 Étienne Berrier

Le passage au format électronique pour les documents relatifs aux équipages des bateaux fluviaux a été décidé par le Cesni, qui a aussi annoncé un guide pour l’admissibilité des moteurs marinisés destinés à la navigation intérieure.

Afin de proposer aux États membres une marche à suivre pour l’application de la réglementation européenne, le Comité européen pour l’élaboration de standards dans le domaine de la navigation intérieure (Cesni) a annoncé qu’un "guide pour l’admissibilité des moteurs marinisés à bord de bateaux de navigation intérieure" serait publié. Le règlement EMNR de 2016, qui fixe les limites d’émissions polluantes autorisées pour les engins mobiles non routiers, entre progressivement en vigueur pour la navigation intérieure depuis le début de l’année 2019. Les fabricants de moteurs, cependant, ne proposent pas de moteurs spécifiquement conçus pour les bateaux fluviaux et satisfaisant à cette réglementation européenne.

Un processus appelé "marinisation"

"À la place des catégories habituelles de moteurs de navigation intérieure, le règlement EMNR autorise l’utilisation d’autres catégories de moteurs, telles que celles des moteurs de poids lourds (EURO VI) et des engins mobiles (NRE), rappelle le Cesni. Toutefois, l’installation de tels moteurs à bord des bateaux de navigation intérieure nécessite des adaptations (par exemple, sur les systèmes de refroidissement). Ce processus est appelé marinisation". Il est en effet plus économique de mariniser ou, en l’occurrence, fluvialiser un moteur développé en grande série pour le transport routier que de concevoir pour les bateaux fluviaux un moteur spécifique, dont le coût de recherche et développement pour les motoristes sera difficile à amortir, vu la petite taille du marché européen des moteurs fluviaux.

"Il est plus économique de mariniser que de concevoir un moteur spécifique"

Le guide que prépare actuellement le Cesni devra clarifier la façon dont les différentes administrations nationales autoriseront l’installation à bord des bateaux fluviaux de moteurs routiers ou agricoles marinisés. "Cette procédure doit en effet être uniforme et transparente à la fois pour les autorités compétentes, les constructeurs de moteurs et les usagers des moteurs", souligne le Cesni.
L’autre disposition adoptée au cours de la même réunion par le Cesni porte sur les documents relatifs aux équipages, qui seront disponibles sous une forme dématérialisée à partir de 2022. Ce sera le cas des certificats de qualification des conducteurs, des certificats d’expert en gaz naturel liquéfié ou en navigation à passagers. Le livre de bord, les livrets de services et les certificats pour les examens pratiques seront aussi concernés. Les documents au format électroniques comporteront un lien vers une base de données européenne des équipages. Quant aux documents papier, qui subsisteront, ils feront l’objet d’une harmonisation au niveau européen.