Le "Rainbow Warrior" arraisonné au terminal charbonnier du port de Gdansk
Le "Rainbow Warrior" arraisonné à Gdansk
Des gardes-frontières polonais armés de mitrailleuses sont montés dans la nuit de lundi 9 à mardi 10 septembre à bord du voilier de Greenpeace "Rainbow Warrior", qui bloquait le terminal charbonnier du port de Gdansk, a annoncé l'organisation écologiste.
L'opération, menée par une "unité spéciale d'intervention", a été confirmée par la porte-parole des gardes-frontières Agnieszka Golias, qui a précisé que sur 18 personnes présentes à bord, deux – une militante et le capitaine – ont été interpellés, tandis que les seize autres ont été débarqués et relâchés après le contrôle d'identité. Ils sont revenus à bord du navire qui a été remorqué à l'extérieur du port, a indiqué un autre porte-parole des gardes-frontières, Tadeusz Gruchalla.
Selon Greenpeace, la manifestation pacifique avait pour but de protester contre la politique de la Pologne favorable au charbon. "Les défenseurs du climat ont appelé le gouvernement polonais à protéger le climat et à abandonner le charbon d'ici à 2030".
En se plaçant devant le terminal, le Rainbow Warrior a empêché un vraquier d'y débarquer du charbon venant du Mozambique. Les militants écologistes avaient auparavant écrit sur la coque du navire "Stoppez le charbon" en grandes lettres blanches.
Varsovie et Budapest ont refusé la proposition de l'Union européenne d'éliminer les émissions de gaz à effet de serre en 2050, estimant que cet objectif était incompatible avec le développement de leurs économies.