Le STM attend pour 2019 l'ouverture de deux formations diplômantes

Le Syndicat des transitaires de Marseille-Fos et sa région, qui reste aux mains de Stéphane Salvetat pour un quatrième mandat d'un an, a vu au cours de l'année 2018 progresser quelques dossiers sur lesquels il s'est impliqué. Il attend en 2019 l'ouverture de deux formations diplômantes universitaires pour la profession.

Au plan national, nouvelle preuve tangible de son rapprochement de TLF Overseas en 2018, le Syndicat des transitaires de Marseille-Fos et de sa région (STM) vient de démissionner en mars de la FOTF. La page de l'éloignement de la fédération nationale est donc bel et bien tournée. D'ailleurs, Herbert de Saint-Simon, vice-président de TLF Overseas, a participé à l'assemblée générale du syndicat marseillais, à l'issue de laquelle Stéphane Salvetat a été reconduit à la présidence pour un quatrième mandat d'un an.
Au plan local, après avoir travaillé sur le dossier du Pif-Pec, le syndicat a vu progresser celui du Hangar 17 dans les bassins Est du port phocéen. "La direction des Fraudes vient de rejoindre les locaux", se félicite Stéphane Salvetat qui s'est impliqué sur le regroupement des services de l'État sur le site depuis son arrivée à la présidence du STM. Il souligne toutefois qu'un problème provient d'une mauvaise dimension des portes du hangar. À Fos, les transitaires bénéficient d'une extension des horaires de l'administration des services de contrôle sanitaires, indique le président des transitaires. Toujours dans les bassins Ouest, il ajoute qu'un projet de parking IST (ex-MADT) est en cours de création. Un parking sous douane d'une dizaine de places permettant de "gagner en fluidité". Une réunion est prévue le 24 avril au cours de laquelle les aspects pratiques et juridiques seront abordés.

Un Desu en préparation

En matière de formation, le syndicat attend toujours que le Diplôme d'études supérieures universitaires (Desu) transitaires et interculturels, adossé à la faculté des Lettres, langues et sciences humaines d'Aix-Marseille Université (Amu) puisse démarrer. Stéphane Salvetat espère que ce projet, sur lequel l'association des transitaires marseillais travaille depuis quatre ans, pourra démarrer en septembre 2019.

"Le Brexit confirme que les transitaires ne peuvent pas disparaître"

Autre diplôme concernant la profession, le Desu de droit douanier et procédures douanières, prévu pour démarrer en septembre prochain également. Un diplôme qui permet de former des déclarants en douane.
Avec 90 adhérents, le STM compte aujourd'hui 90 % des transitaires de la place. Son président porte un regard plutôt favorable sur la santé de la profession. Selon lui, "les acquisitions du suisse Ceva par le groupe CMA CGM et de l'helvétique Panalpina par le danois DSV prouvent que les entreprises se portent bien". Avec le Brexit qui s'annonce, il reste en outre convaincu que les "opérations en douane ne peuvent pas disparaître".
Interrogé sur le message à adresser au futur directeur général du Grand Port maritime de Marseille, dont on attend encore la nomination au "Journal officiel", il explique : "Il faut avoir une vision plus large que celle portant sur les bassins du port. La coordination avec la communauté portuaire est nécessaire".