Le moral des transporteurs routiers est au plus bas

06/01/2021 Érick Demangeon

La Fédération nationale des transports routiers dresse un bilan inquiétant. La fin d’année a été marquée par de nouvelles baisses d’activité et de chiffre d’affaires ainsi que par une hausse des coûts de revient. Les prévisions d’investissement et de recrutement pour 2021 sont en berne.

Selon la dernière enquête économique de la FNTR, tous les indicateurs du transport routier sont en recul. Sur la fin de l’année 2020, 44 % des entreprises du secteur rapportent une baisse d’activité. Ce repli se traduit par une contraction du chiffre d’affaires de 17 % en moyenne. "Cette tendance affecte particulièrement les très petites entreprises de moins de dix salariés qui connaissent une perte de chiffre d’affaires moyenne de 26 %". Près d’un quart des transporteurs déclarent avoir encore des camions à l’arrêt ; la FNTR estimant à 17 % la flotte nationale de poids lourds sans activité. La Fédération confirme également les analyses du Comité national routier (CNR) sur la hausse des coûts de revient du transport routier due, selon elle, "à des déséquilibres de flux persistants, des heures supplémentaires, l’absentéisme et l’annulation de contrats".

Son enquête indique que "38 % des entreprises enregistrent des kilomètres à vide supplémentaires". Pour le CNR, cette hausse des coûts de revient s’élèverait jusqu’à 6,8 % pour 2020 en raison de quatre facteurs principaux : "Le surcoût des mesures sanitaires, le versement de primes aux conducteurs, l’impact de la baisse d’activité sur les coûts fixes et la hausse des kilomètres à vide".

Des situations hétérogènes

L’impact économique de la crise sanitaire est différent selon le type de marchandises transportées et l’implantation géographique des entreprises. Les trois filières les plus fortement touchées "sont les transports de matières dangereuses, de véhicules et le transport sous température dirigée". Au plan régional, les transporteurs de l’ouest de la France se porteraient mieux, dans les Pays de la Loire en particulier, tandis que ceux qui sont implantés en Île-de-France rencontreraient la plus forte baisse d’activité.
Ce contexte lamine le moral des chefs d’entreprises du secteur, alerte la Fédération. Ce constat est confirmé par une baisse de leurs prévisions d’investissement et de recrutement. La moitié des chefs d’entreprise déclarent que leur niveau d’investissement en 2021 sera inférieur à celui de 2020 et seuls 3 % envisagent des recrutements.

Un secteur fragilisé

Cette inquiétude exprimée par les transporteurs pour 2021 semble justifiée au regard des prévisions du CNR et des résultats du dernier baromètre du consultant Bp2r sur le transport routier. D’un côté, le CNR prévoit une nouvelle hausse des coûts de revient, hors gazoile et hors Covid-19, de 1,7 % en 2021 dans le secteur. De l’autre, Bp2r estime à 1,6 % le niveau moyen d’augmentation des tarifs routiers au cours des douze prochains mois.

À l’échelle de l’Europe, l’Union internationale des transports routiers (IRU) a relevé ses prévisions de pertes de chiffre d’affaires pour le secteur en 2020. Après les 62 milliards d’euros prévus en juin, l’IRU estime que le manque à gagner serait de l’ordre de 108 milliards d’euros en 2020, soit une diminution de revenus pour la filière de 20 % par rapport à 2019.