Le nœud ferroviaire de Strasbourg va se desserrer

Les travaux pendant près de quatre ans d’une quatrième voie au nord de Strasbourg doivent désengorger le trafic, entre autres le fret venant du Nord de l’Europe.

Le nœud ferroviaire de Strasbourg va bientôt se desserrer, pour le plus grand bien du trafic voyageurs mais aussi du fret. SNCF Réseau lance en cette mi-octobre les travaux d’une voie supplémentaire entre la métropole alsacienne et la commune Vendenheim au nord. Le projet consiste en fait à créer pour la circulation une quatrième voie qui ne sert aujourd’hui qu’à raccorder la gare de triage de Hausbergen, le hub fret de l’agglomération. L’actuelle configuration provoque un goulot d’étranglement pour le trafic en provenance du Nord de l’Europe qui circule auparavant à quatre voies. Les travaux concernent 8 km, soit 6 km neufs et 2 km à rénover. À leur issue, mi-2022, la capacité de passage sera portée de 17 à 23 trains à l’heure, dont 3 trains de fret au lieu de 2, à la vitesse de 160 km/h.
 
Contrat de plan et programme RTE-T


Le projet représente un montant de 117 millions d’euros. Les deux principaux financeurs, l’État et la région Grand Est, apportent 41 millions d’euros chacun au titre du contrat de plan. SNCF Réseau investit en direct 10 millions d’euros. Le solde de 25 millions d’euros provient de l’Union européenne via son programme RTE-T, du fait des enjeux d’amélioration du trafic international qu’induit cette quatrième voie. Strasbourg se situe le long de deux corridors européens, mer du Nord-Méditerranée et Atlantique
À l’échelon de l’agglomération, et pour le trafic voyageurs, cette amélioration est classée comme "structurante" dans le schéma des mobilités que les collectivités locales préparent dans le but de développer les déplacements alternatifs à la voiture individuelle, en complément du désengorgement aux bords de la ville attendu grâce au futur grand contournement autoroutier.

La ligne en travaux pourra faire passer 23 trains dont 3 de fret par heure et par sens © Mathieu Noyer