Le pétrole alourdit la perte d'Air France au premier trimestre

Air France-KLM a vu sa perte nette se creuser au premier trimestre 2019, sur fond de hausse des prix du carburant.

Avec une perte nette de 320 millions d'euros, Air France-KLM s'est encore enfoncé par rapport à la même période de l'an dernier quand les pertes avaient atteint 269 millions d'euros. Mais la baisse des coûts a été "plus que contrebalancée par la hausse du carburant et l'effet négatif des devises", a indiqué le groupe aérien franco-néerlandais.
"De façon générale, ces chiffres sont relativement décevants, les recettes unitaires ayant décliné plus fortement que ce à quoi nous nous attendions et les coûts unitaires ne s'étant pas améliorés aussi substantiellement qu'espéré", ont commenté les analystes de Société Générale.

Légère amélioration en vue

La recette unitaire par siège kilomètre-offert (SKO) a été en recul de 1,9 %, "une baisse qu'on attendait", a souligné le directeur financier du groupe, Frédéric Gagey, en raison notamment de la hausse de la facture pétrolière (+ 140 millions d'euros) et du dollar.
Par ailleurs, même si "les perspectives pour le deuxième trimestre sont meilleures, le groupe ne s'attend qu'à une "légère" amélioration de son revenu unitaire", ont complété les analystes de Société Générale.
Sur la base d'"une perspective plus favorable de l'offre de l'industrie cet été", le groupe confirme son objectif annuel prévoyant une réduction de coûts entre 1 % et 0 %, une facture carburant en augmentation de 650 millions d'euros et un plan d'investissement de 3,2 milliards d'euros.
Air France-KLM prévoit notamment un ralentissement de la croissance du nombre de sièges offerts par les compagnies aériennes cet été comparé à l'an dernier.