Le pompage du "Rhodanus" a démarré protégé par un barrage anti-pollution
Un barrage anti-pollution a été installé le 16 octobre autour du "Rhodanus", échoué dans les Bouches de Bonifacio. Une mesure "de précaution" avant le début des opérations de pompage des 38 tonnes d'hydrocarbures qu'il contient, selon la préfecture maritime qui précise qu'il n'y a "toujours aucune pollution" constatée. La société Euro assainissement, filiale du groupe SEA, envoyée par l'armateur et les assureurs pour le pompage, a démarré cette opération considérée comme une priorité par les autorités. Le "Rhodanus" ne transporte pas de fuel lourd, mais contient du gazole de propulsion.
L'évacuation totale du bateau pourrait prendre "quelques jours" comme "quelques mois", estime le préfet maritime de la Méditerranée, Laurent Isnard. Des experts d'architecture navale étudient l'état du navire de 4.000 tonnes qui transportait 2.650 tonnes de bobines d'acier, pour voir "les efforts qu'il peut supporter", en particulier en cas de remorquage.
Le 15 octobre, de nouvelles inspections ont été menées ainsi qu'un renforcement de la sécurisation du site au cœur de la plus grande réserve naturelle de France métropolitaine. Suite à cet accident, la ministre de la Transition écologique et solidaire, chargée des Transports, Élisabeth Borne, compte "remonter à la charge" auprès de l'Organisation maritime internationale (OMI) "pour obtenir des règles plus strictes sur la navigation dans ces Bouches de Bonifacio" avec notamment "des dispositifs de séparation de trafic, des obligations notamment de pilotage et des interdictions de matières dangereuses".