Le port de Marseille-Fos dévoile les sept lauréats de ses défis numériques

Le Grand Port maritime de Marseille et ses entreprises partenaires ont désigné les sept start-up du Smartport Challenge. Sept défis censés relever la performance numérique et environnementale de la place portuaire.

Les noms des lauréats du Smartport Challenge ont été proclamés par le Grand Port maritime de Marseille. Les sept entreprises locales ont été sélectionnées parmi 41 candidats et 20 présélectionnés pour répondre aux sept défis numériques et de développement durable proposés par l'établissement portuaire et ses partenaires. Elles ont quelques mois pour expérimenter leurs solutions avant qu'un bilan ne soit tiré lors du Smart Port Day prévu pour juin.
L'entreprise de recherche et développement Navalgo a été choisie pour relever le défi proposé par CMA CGM, à savoir améliorer la communication des informations entre les différents intervenants de la chaîne pour réduire la congestion aux entrées et sorties des terminaux à conteneurs.
Le bureau d'études Capsim travaillera sur le défi d'EDF de proposer un branchement à quai basé sur les énergies renouvelables produites localement, en répondant au problème du stockage. L'idée est de raccorder les navires en maîtrisant le prix du kilowattheure.
La société franco-allemande Searoutes tentera de fournir au GPMM un éco-calculateur performant pour aider les chargeurs à la prise de décision quant au choix des ports et des modes de pré et post-acheminement terrestres. Elle devra aussi déterminer le modèle de financement de cette application.
Nauvelis, constructeur d'infrastructures dans le domaine de l'internet des objets (IoT) essaiera de résoudre la question posée par La Méridionale. L'armateur souhaite pouvoir transmettre la position des remorques à quai aux conducteurs de camions et rendre son système de tags RFID (ou radio-étiquettes) interopérable avec les applications de gestion des tournées des transporteurs routiers.

"Excellence et visibilité"

"Le smartport ne se fera pas… sans cybersécurité", a lancé Jean Larroumets. Sa société, l'auditeur spécialisé Egerie, travaillera avec Naval Group à cartographier tous les systèmes informatiques utilisés par le port afin d'établir un plan de protection contre le risque cyber.
GreenCityZen, développeur de solutions en IoT et intelligence artificielle, aidera Interxion à mesurer la charge des batteries de ses data centers à moindre coût et avec un impact environnemental réduit.
Enfin, le moins local des lauréats, MKTX Datos Europe, doit permettre à Hammerson de mutualiser les données existantes pour informer les passagers portuaires de tout ce qui peut les concerner durant leur séjour au centre commercial des Terrasses du port, des offres marchandes aux données pratiques concernant leur transport.
L'initiative Smartport Challenge à laquelle sont associés la CCI, l'université d'Aix-Marseille, la préfecture et les collectivités locales (région et métropole) a pour but de "conforter l'excellence du port dans les domaines de la logistique portuaire, de la performance énergétique et des solutions numériques", qui constituent la trame du concept French Smart Port in Med. Elle doit aussi "accroître la visibilité du territoire à l'international par le biais de réalisations concrètes", ont insisté les intervenants, dont la directrice du GPMM, Christine Cabau-Woehrel.