Le trafic des tunnels du Fréjus et du Mont-Blanc toujours en hausse

127 poids lourds supplémentaires ont traversé chaque jour la frontière franco-italienne par les tunnels du Mont-Blanc et du Fréjus en 2018. Un accroissement du trafic continu depuis cinq ans.

En 2018, le trafic dans le tunnel routier du Fréjus a augmenté de 7,2 %. 786.285 poids lourds l’ont emprunté. La progression a été moindre au tunnel du Mont-Blanc, de 0,12 %, avec 622.201 camions comptabilisés. Cette hausse du trafic représente 46.408 poids lourds supplémentaires sur l’ensemble de l’année dans ces deux ouvrages franco-italiens, soit 127 véhicules en plus chaque jour en moyenne. Depuis 2013, la hausse est de 18,6 % pour le tunnel du Fréjus et de 13,3 % pour le tunnel du Mont-Blanc, soit 196.316 véhicules supplémentaires en cinq ans.
Ces statistiques apportent de l’eau au moulin du Comité pour la Transalpine Lyon-Turin pour qui "la progression du trafic transforme les vallées alpines en véritables 'couloirs à camions', avec des conséquences insupportables pour les populations, notamment en termes de pollution et de santé publique".

"La hausse du trafic à la frontière franco-italienne confirme l’absolue nécessité du Lyon-Turin"

"Une telle explosion s’explique, selon Stéphane Guggino, délégué général du Comité pour la Transalpine, par l’augmentation du volume de marchandises entre la France et l’Italie et plus globalement dans l’arc qui va de l’Espagne jusqu’à l’Europe centrale".
Pour les partisans du Lyon-Turin, "la forte reprise à la hausse du trafic de poids lourds à la frontière franco-italienne, après le trou d’air lié à la crise de 2009, confirme l’absolue nécessité de cette infrastructure ferroviaire, seule solution crédible, selon eux, pour basculer massivement et durablement les poids lourds de la route vers le rail sur ce corridor méditerranéen".
Alors que le tunnel du Mont-Cenis construit au XIXe siècle est "incapable d’absorber ce flux de camions supplémentaires" en raison de contraintes techniques et d’une capacité limitée, "un programme de tunnels de nouvelle génération identiques à celui du Lyon-Turin se développe en Suisse et en Autriche", soulignent les représentants du Comité pour la Transalpine.