Les aéroports d'Amérique latine sont saturés
Le manque de capacité des infrastructures aéroportuaires va être un obstacle important dans les prochaines années, face à l'augmentation de la demande de transport aérien en Amérique latine, selon Peter Cerda. Pour le vice-président pour les Amériques de l'Association internationale du transport aérien (Iata), "la demande est là, les compagnies aériennes sont prêtes à croître et veulent croître, mais il manque les infrastructures, cela va être très difficile".
D'après l'Iata, l'Amérique latine représente 6 % du transport aérien mondial et le nombre de passagers devrait progresser de 4 à 6 % dans les vingt prochaines années. Toutefois, "avec les infrastructures actuelles ce sera impossible" de répondre à cette demande, a insisté Peter Cerda, soulignant un grave problème de congestion dans plusieurs aéroports du sous- continent.
Il a rappelé l'annulation récente par le gouvernement mexicain du chantier de nouvel aéroport à Mexico. "C'est un aéroport qui aurait dû être construit il y a vingt ans et nous voilà revenus à la case départ", a-t-il déploré. Il a également cité l'arrêt des travaux d'extension de l'aéroport de Lima et le retard pris dans le chantier d'agrandissement de celui de Santiago, au Chili.
Malgré ces difficultés, l'Iata est optimiste quant à une augmentation du nombre de vols en raison de l'accroissement de la classe moyenne et de son pouvoir d'achat. L'apparition de huit nouvelles compagnies à bas coûts au Pérou, en Colombie, en Argentine et au Chili a "stimulé" la demande.