Les ambitions nationales et mondiales de Turkish Cargo

Dans le fret aérien, Turkish Cargo connaît une croissance rapide. Lors d’une soirée au musée de l’air et de l’espace du Bourget le 11 octobre, le transporteur a présenté sa stratégie marquée par un renforcement en France, l’ouverture d’un nouveau hub à Istanbul et la création d’un intégrateur au service des flux e-commerce transfrontaliers.

Avec la réception en décembre 2017 de deux B777F, la flotte freighter de Turkish Cargo compte désormais 21 appareils* à laquelle s’ajoutent les soutes de plus de 300 avions passagers opérés par sa maison mère Turkish Airlines.

Ozan Belge, directeur général France de Turkish Cargo © Érick Demangeon
"D’ici janvier 2019, trois autres B777F rejoindront notre flotte cargo", confie Ozan Belge, directeur général France de Turkish Cargo qui prévoit un volume de 1,5 Mt en 2018. Cette montée en puissance se vérifie dans les classements mondiaux comme celui de l'Iata où le transporteur de fret aérien se positionne au 15e rang en 2017 après un gain de cinq places par rapport à 2016. Et selon les statistiques Iata Cass, Turkish Cargo pointe à la 10e place. "Notre objectif est de nous hisser dans le top 5 mondial" sachant que Turkish Airlines anticipe une flotte de plus de 500 appareils d’ici 2023.

Nouveau vol à Roissy-CDG et bientôt à Lyon

Ce développement passe par l’Europe comme en témoignent les liaisons lancées entre Istanbul et Liège mi-février et Stansted début octobre. La France n’est pas en reste "avec l’ouverture d’un 3e vol cargo fin octobre entre Roissy-Charles-de-Gaulle et Istanbul. Nos trois vols hebdomadaires sont opérés par A310F proposant une capacité de 36 tonnes par vol", précise Ozan Belge. Avec Global CMF pour GSA en France, Turkish Cargo s’appuie également sur un réseau camionné qui consolide le fret des principaux aéroports de province. "À Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, Toulouse et Nice, nous disposons aussi de capacités soutes sur les avions passagers de Turkish Airlines". Pour son programme d’été, le transporteur étudie le déploiement d’un nouveau vol cargo hebdomadaire entre Lyon et Istanbul.

Capacités au sol renforcées

Jour de fête nationale en l’honneur de la naissance de la république turque en 1923, le 29 octobre prochain, le nouvel aéroport d’Istambul entrera en service. Investissement de plus de 10 milliards de dollars US, cette infrastructure servira de nouvelle base à Turkish Cargo. Avec les capacités de l’aéroport d’Atatürk conservées pour ses vols freighters, son hub stambouliote comptera plus de 165.000 m2 ; de quoi traiter 2 Mt par an, le double d’ici 2023 avec l’achèvement de la seconde phase du nouvel aéroport.

"Notre objectif est de nous hisser dans le top 5 mondial"

"Sur ce hub, nous gérons tous les types de fret avec des installations modernes dédiées au fret sensible, sous température dirigée par exemple, et les animaux vivants l’une de nos spécialités". Pour les produits Pharma, Turkish Cargo et son hub stambouliote sont certifiés CEIV.

Devenir intégrateur

Présenté comme un relais de croissance pour le fret aérien, l’e-commerce transfrontalier est également au cœur de la stratégie de Turkish Cargo. Tel est le sens de la coentreprise créée cet été avec l’expressiste chinois ZTO Express et Pal Air. GSA et logisticien hongkongais, ce dernier est spécialisé dans les services aériens ainsi que dans les flux postaux et e-commerce via sa filiale Pal Express dont est également actionnaire la poste turque (PTT). À partir de leurs moyens et capacités à travers le monde dont le hub de Turkish Cargo à Istanbul, les trois partenaires se présentent comme un nouvel intégrateur au service des flux e-commerce et postaux sur la base d’une offre globale porte-à-porte avec prestations logistiques à valeur ajoutée. D’ici 5 ans, ils anticipent un chiffre d’affaires de 2 milliards de dollars US !

* Trois B777F, trois B747F, douze A330F et trois A310F