Les opérateurs ferroviaires appellent l’État à concrétiser ses annonces

14/12/2020 Erick Demangeon

Le calendrier des mesures du plan de relance du fret ferroviaire sera finalisé début 2021 pour une mise en œuvre dans l’année et en 2022. L’Association française du rail encourage l’État à présenter sa stratégie nationale en parallèle pour donner de la visibilité à la filière sur dix ans.

L’État a présenté son plan pour la relance du fret ferroviaire le 19 novembre lors de la 10e Journée d’Objectif OFP. Selon Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des Transports, ce plan vise "à baisser le coût d’exploitation et à améliorer la qualité de service du fret ferroviaire pour le rendre plus compétitif et plus attractif". Des mesures de soutien pour compenser les effets de la crise sanitaire sont annoncées dès 2021 pour un montant de 170 millions d’euros, et l’État s’engage à investir de l’ordre de 500 millions d’euros dans le réseau ferré à vocation fret d’ici 2024. 

Ces investissements seront financés en partie (210 M EUR) par le plan France Relance et devraient atteindre un milliard d’euros avec l’apport de fonds européens, des collectivités territoriales et d’acteurs privés. Ce plan de relance du fret ferroviaire a été confirmé lors du colloque annuel de l’Association française du rail (Afra) le 26 novembre par Marc Papinutti et François Lavoué, de la Direction générale des infrastructures, des transports et de la mer (DGITM).

Une offre flexible

Rassemblant les opérateurs et les entreprises ferroviaires, l’Afra demande à l’État "d’accélérer la mise en œuvre de ce plan de relance et d’en préciser son calendrier". Pour Alexandre Gallo, PDG d’Euro Cargo Rail, "les priorités sont l’accès au réseau ferré national (RFN), la qualité des sillons, la mise au gabarit P400, la rénovation et la construction de nouveaux terminaux combinés rail-route". Les chargeurs représentés par Denis Choumert, président de l’Association des utilisateurs de fret (AUTF), partagent ces priorités et insistent sur "la flexibilité de l’offre ferroviaire". Face à ces attentes, la DGITM répond que "le calendrier des projets du plan sera finalisé début 2021 pour les rendre éligibles au fonds de relance. La réalisation effective des projets sélectionnés est attendue entre 2021 et 2022".

Après une vaste concertation

La présentation de la stratégie pour le développement du fret ferroviaire, prévue à l’article 178 de la Loi d’orientation des mobilités (LOM), est annoncée pour le début 2021 par Marc Papinutti. Elle s’inspirera des propositions remises en juin 2020 par les acteurs du fret ferroviaire rassemblés au sein de l’alliance "Fret ferroviaire français du futur (4F)" dont est membre l’Afra. Cette stratégie intégrera aussi les propositions faites à l’issue d’une vaste concertation menée depuis l’été 2020. Cette consultation a été menée auprès des Grands ports maritimes, l’AUTF, Régions de France, les fédérations professionnelles dont du transport et de la logistique via France Logistique. Elle devrait confirmer l’objectif d’un doublement de la part du fret ferroviaire dans le transport de marchandises en France pour la porter à 18 % d’ici 2030.