Les ports maritimes ont besoin des ports intérieurs

À l’occasion de son assemblée générale annuelle, l’Association française des ports intérieurs (AFPI) a organisé des échanges sur le nécessaire lien entre ports intérieurs et maritimes et désigné un nouveau président.

Dès l’ouverture des échanges lors de l’assemblée générale annuelle de l’association française des ports intérieurs (AFPI) le 8 novembre 2018 à Metz, Jacques Kopff, président sortant, a souligné : "Les ports maritimes et intérieurs doivent collaborer pour favoriser le développement du transport massifié". Il a rappelé que les "ports fluviaux" sont devenus des "ports intérieurs" car ils constituent des plateformes multimodales où se trouvent la voie d’eau, le ferroviaire, le transport routier de marchandises.
Jacques Trorial, président délégué d’UPF, a ajouté : "Les ports maritimes ont besoin des ports intérieurs, Anvers fonctionne avec Liège, Rotterdam avec Duisbourg. Les ports maritimes ont deux priorités, leur accès à la mer et leur desserte avec l’hinterland pour laquelle il n’y a rien de mieux qu’une voie d’eau et un port intérieur". Sans oublier bien sûr, des routes et du ferroviaire, voire un corridor européen. Pour Dominique Mathern, représentant en France du port d’Anvers : "Les ports intérieurs sont pour les ports maritimes des hubs de qualification. Une barge transporte 30 à 50 conteneurs, un train 80, un poids lourd 1 seul. Alors, oui, les ports intérieurs ont un rôle à jouer par rapport aux ports maritimes".

"Les clients au cœur du système"

L’économie est la raison d’être des ports, a déclaré Julien Bas, directeur logistique Invivo. Le port est un outil au service du territoire. Régine Bréhier, directrice générale de Ports de Paris, a souligné que la coopération portuaire doit répondre aux besoins des clients. "Le système Haropa avec les trois ports permet dans un périmètre élargi et plus profond de proposer des offres de services destinées aux clients. Nous mettons les clients au cœur du système".
Volker Seefeldft, directeur général du groupe allemand HTAG basé au port de Cologne, a relevé que les ports maritimes subissent une forte pression avec la concentration des armements et le gigantisme des navires. "Pour éviter l’engorgement, les ports maritimes ont besoin des ports intérieurs. La collaboration et la coopération sont indispensables. En Allemagne, sur l’axe rhénan, Rotterdam et Anvers sont nos ports au même titre que Hambourg".

Un nouveau président pour l’AFPI

Les membres de l’Association française des ports intérieurs ont choisi un Belge comme nouveau président lors de leur assemblée générale annuelle le 8 novembre 2018 à Metz. Alain Lefebvre, directeur général des Ports de Lille, succède à Jacques Kopff, directeur des ports de Moselle qui a été président de l’AFPI pendant deux mandats de trois ans. Le nouveau président peut compter sur le bureau de l’AFPI composé de Régine Bréhier, directrice générale de Ports de Paris, Florent Dupré, directeur du port de Villefranche-sur-Saône, Jean-Louis Jérôme, directeur général du port autonome de Strasbourg, et Jacques Kopff, directeur général des ports de Moselle. Dominique Drapier, secrétaire général de l’AFPI, a été reconduit dans ses fonctions.