Les taux de fret partis pour rester élevés dans la ligne régulière

29/07/2021 Érick Demangeon

L’augmentation des taux de fret dans la ligne régulière devrait atteindre un pic cet été pour la plateforme d’analyse des transports Upply. Ces taux se stabiliseraient ensuite à des niveaux élevés, comme c'est le cas dans l’aérien.

Les taux de fret dans la ligne maritime régulière "continuent de flamber avec des projections estivales de 15.000 à 17.000 dollars US pour un conteneur 40 pieds (40’) entre l’Asie et l’Europe". Jérôme de Ricqlès, d'Upply, évoque même un pic probable à 20.000 dollars. L’expert maritime invité par Reed Expositions lors d’un webinaire sur l’évolution des transports internationaux le 30 juin estime "légitime que les compagnies maritimes gagnent leur vie et puissent financer les défis environnementaux et organisationnels auxquels elles sont confrontées. Face à un emballement qui risque de susciter des réactions difficilement contrôlables, l’enjeu pour elles consiste à faire atterrir le marché en douceur mais à des niveaux élevés, c’est-à-dire à des taux à cinq chiffres pour un 40’ sur les trades majeurs".

Pas bon pour la Chine

Selon Jérôme de Ricqlès, ces niveaux élevés sont étroitement liés à "la divergence d’intérêts" entre les compagnies maritimes occidentales et chinoises contrôlées par l’État. "Pour la Chine, les niveaux actuels et ceux annoncés pour cet été ne sont pas une bonne nouvelle sauf pour sa compagnie Cosco. Une surchauffe trop importante de ces taux pourrait freiner la compétitivité de son appareil productif". Ce handicap s’ajouterait à des difficultés logistiques et sanitaires persistantes. Parmi elles, le consultant d’Upply cite "la congestion dans la zone élargie de Shenzhen, la fermeture du port de Yantian et la pénurie de conteneurs dans le sud du pays".
 

"L’enjeu pour les compagnies maritimes est de maintenir des niveaux élevés"

Les intérêts des compagnies maritimes occidentales et japonaises seraient "tout autres car elles sont tentées de tester les limites hautes du marché", analyse-t-il. Dans ce contexte, Upply estime que les taux de fret atteindront un pic durant l’été dans la ligne régulière. "Le marché restera ensuite instable durant les neuf à douze prochains mois".

Meilleur équilibre dans l’aérien

Le webinaire a abordé également le fret aérien. Pour Enrique Falcon Deville (Air France KLM Martinair Cargo), les tarifs dans ce mode "sont déjà en phase de stabilisation". Cette évolution serait due à "l’augmentation des capacités full cargo mises sur le marché par les compagnies et le retour des capacités soutes sur les vols à passagers, dont l’activité reprend". Le vice-président de la branche cargo du groupe franco-néerlandais souligne toutefois qu’à l’instar du maritime, "les tarifs se maintiennent à des niveaux élevés dans le fret aérien".