Les tensions sino-américaines fragilisent le secteur maritime
En ouverture du colloque sur la maritimisation du monde organisé le 28 mai à Paris par le Medef International et le Cluster maritime français, Jean-Yves Le Drian a partagé son analyse sur les enjeux stratégiques de l’économie bleue pour la France. Pour le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, les principaux sont "les tensions sur le commerce international, la protection de l’environnement et le renforcement de l’équipe de France maritime à l’exportation". Dans la bataille commerciale que se livrent actuellement la Chine et les États-Unis, "les entreprises de transport maritime sont en première ligne" car exposées à la baisse des échanges entre les deux pays. Pour le ministre, ces tensions perturbent les supply chain, les flux financiers et risquent de déstabiliser tous les marchés confrontés à l’écoulement des productions chinoises. Face à "cette guerre froide commerciale doublée d’un affrontement stratégique", elles imposent à ses yeux d’accélérer la réforme sur les règles du commerce international et de la concurrence au sein de l’OMC dans le cadre de négociations où l’Europe est partie prenante. En matière de préservation de la biodiversité marine, du changement climatique et de la protection de l’environnement, Jean-Yves Le Drian salue les actions menées par le pavillon français citant le recours au GNL et les propositions faites auprès de l’OMI pour réduire la vitesse de certains navires de commerce ("L’Antenne" du 16 avril). À Biarritz du 24 au 26 août, le prochain sommet du G7 abordera "l’avenir des mers et des océans", assure-t-il. Quant aux enjeux commerciaux de la France maritime à l’exportation, le ministre invite les entreprises françaises à adopter "une approche collective" en s’appuyant sur les sociétés nationales leaders mondiaux dans leur spécialité. Avec l’accompagnement des services de l’État à l’étranger, deux marchés sont notamment mis en avant : l’Afrique et la zone indopacifique.