Les véhicules professionnels, cibles de la nouvelle ZFE lyonnaise

La création d’une ZFE va bouter des véhicules utilitaires légers et des poids lourds de cinq communes de l’agglomération lyonnaise en 2020. Des aides seront accordées pour remplacer les véhicules les plus polluants.

En janvier 2020, les véhicules utilitaires légers de plus de 14 ans et les poids lourds diesel de plus de 11 ans ne pourront plus circuler dans Lyon et dans quatre autres communes de l’agglomération lyonnaise. Cette interdiction fera suite à l’entrée en vigueur de la zone à faibles émissions (ZFE) approuvée à l’unanimité par les conseillers de la Métropole de Lyon le 28 janvier. L’année 2019 sera mise à profit pour informer les professionnels "de manière pédagogique", sans verbalisation. Les véhicules de particuliers ne sont pas concernés par la création de cette ZFE.

Des aides jusqu’à 13.000 euros

Des dérogations seront accordées. De manière permanente aux véhicules prioritaires, de secours et de sécurité, aux véhicules de forains sur les marchés. Pour une période de trois ans aux camions bétonnières, aux porte-engins, aux camions citernes à eau, aux véhicules frigorifiques. De manière individuelle pour une durée de 12 mois (renouvelable une fois) aux véhicules utilisés dans le cadre de manifestations exceptionnelles, de tournage de film par exemple. Cette interdiction de circuler concernera quelque 16.000 à 17.000 véhicules utiles légers et 1.350 poids lourds. Les amendes s’élèveront à 68 ou 135 euros selon les cas.
La création de cette ZFE s’accompagne de la mise en place d’un dispositif d’aides financières pour inciter les professionnels à renouveler leur flotte, à acquérir des véhicules propres. La collectivité accordera par exemple 300 euros pour l’achat d’un triporteur électrique, 5.000 ou 10.000 euros pour un véhicule roulant au gaz naturel liquéfié ou comprimé, jusqu’à 13.000 euros pour un véhicule à hydrogène. À raison de trois véhicules (maximum) par société dont le siège est à l’extérieur de la ZFE et de six véhicules pour celles domiciliées en ZFE.

En conformité en 2030

La Métropole de Lyon cible prioritairement le trafic routier, responsable à plus de 60 % des émissions de dioxyde d’azote (NO2), les véhicules utilitaires légers et les poids lourds représentant 51 % de ces émissions. Le périmètre de la ZFE est délimité aux villes de Lyon, Villeurbanne, Vénissieux, Bron et Caluire qui concentrent plus de 90 % des 47.800 habitants surexposés au NO2, selon des mesures effectuées en 2016. L’objectif de la Métropole de Lyon est "de réduire de l’ordre des 50 % les émissions de NO2 et de moitié la population exposée à des dépassements au NO2 en 2021". Mais, la métropole lyonnaise ne sera en conformité avec les normes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et celles de l’Union européenne qu’"à horizon 2030", prévient son président, David Kimelfeld.