Liaison Budapest-Belgrade : le chinois Exim Bank va financer le projet

Le Parlement hongrois a voté en faveur de la mise au secret pour dix ans des détails du contrat de financement par la Chine de la ligne ferroviaire Budapest-Belgrade. Une infrastructure qui s'inscrit dans le cadre des nouvelles "routes de la soie" de Pékin.

Les détails du contrat de financement de la ligne ferroviaire reliant Budapest à Belgrade doivent être gardés secrets car leur divulgation pourrait "menacer la capacité de la Hongrie à conduire sa politique étrangère et ses intérêts commerciaux", selon le projet de loi.
La Hongrie compte ainsi se protéger d'une "influence extérieure indue", le projet revêtant "un intérêt national supérieur", assure le texte.
La ligne ferroviaire à grande vitesse permettra de moderniser une liaison existante entre les capitales hongroise et serbe.
En vertu de l'accord signé avec la banque d'État chinoise Exim, la Hongrie financera 85 % des coûts d'investissement (estimés à au moins 2 milliards d'euros) par l'emprunt et les 15 % restants par ses propres fonds.
Le gouvernement avait précédemment déclaré que classer secrets les détails du contrat était nécessaire pour obtenir l'emprunt requis auprès de l'Exim.
Selon la législation, Budapest peut toujours décider de divulguer des documents du projet "après avoir obtenu la position du gouvernement de la République populaire de Chine".
L'investissement a suscité des critiques estimant qu'il donnait à la Chine la possibilité de s'ingérer dans les affaires de la Hongrie.

Des doutes autour de la rentabilité du projet

Des doutes ont été également soulevés quant à la rentabilité du projet et aux risques de corruption liés à la construction du tronçon hongrois de la ligne ferroviaire longue de 350 kilomètres.
Elle devrait faire partie d'un projet de liaison ferroviaire entre l'Europe centrale et le port du Pirée en Grèce, géré par le groupe chinois Cosco.
Le projet s'inscrit dans le cadre de l'ambitieuse initiative chinoise dite des nouvelles "routes de la soie", le projet d'infrastructures mondial signé par le président chinois Xi Jinping pour acheminer les marchandises chinoises d'est en ouest.
L'Italie, le Portugal et la Grèce, ainsi que plusieurs pays d'Europe de l'Est, se sont joints à cette initiative chinoise.
La ligne Budapest-Belgrade serait le premier grand projet ferroviaire soutenu par les Chinois au sein de l'Union européenne, selon les analystes.